28.09.2020
Nouvelle de 17 h Grave crise dans le domaine du logement familial à Rimouski

Grave crise dans le domaine du logement familial à Rimouski

Les données rendues publiques en janvier dernier par la Société canadienne d’hypothèques et de logements (SCHL) nous apprenaient que le taux d’inoccupation des logements locatifs se situait alors à 2,6% ce qui représente une chute d’un peu plus de 1% en un an. Comme la majorité des villes au Québec, Rimouski se situe maintenant sous le seuil d’équilibre du marché établi à 3%.

Le Comité logement Rimouski-Neigette dénonce la situation

C’est un véritable cri du cœur que lance Alexandre Cadieux, du Comité logement Rimouski-Neigette : « La situation continue de se dégrader et plusieurs familles de Rimouski sont à la recherche d’un grand appartement ou d’une maison et sont incapables de se trouver un logement pour le 1er juillet », de valider monsieur Cadieux.

On apprend que plusieurs personnes sont incapables de louer un logement d’au moins trois chambres à coucher pour l’année à venir : « Le Comité logement Rimouski-Neigette s’est donc donné comme mandat de contacter les plus importantes entreprises privées de location de logements résidentiels à Rimouski afin de s’enquérir de la disponibilité de ce type de logement. Suite à des discussions avec pas moins de dix-sept compagnies propriétaires, nous constatons qu’il ne leur reste que huit logements correspondant à ce critère dans toute la ville de Rimouski, soit sept appartements de trois chambres à coucher et un seul appartement de quatre chambres à coucher », de déplorer Alexandre Cadieux.

La COVID-19 complique les choses, de l’aide svp

La pandémie de la COVID-19 n’aide en rien les choses présentement : « Il y a lieu de s’inquiéter que la situation se soit encore détériorée depuis le déclenchement de l’état d’urgence sanitaire en lien avec la crise du coronavirus. Les visites de logements sont difficiles à faire et certaines personnes qui vivent dans des logements insalubres n’ont même pas la chance de s’en sortir adéquatement, car impossible de visiter. D’ici là, nous demandons à toutes les personnes de Rimouski et des environs qui sont propriétaires de maisons actuellement inhabitées à faire preuve de solidarité en considérant rendre celles-ci disponibles sur le marché locatif d’ici le 1er juillet », plaide le membre du Comité Logement Rimouski-Neigette.

Ni le gouvernement ni l’administration municipale ne réagit à l’urgence

Face à cette incapacité du marché privé à répondre à la demande de logements de plus de deux chambres, le Comité logement reproche l’inactivité et le manque d’écoute du gouvernement du Québec par l’entremise de sa ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest.

« Le gouvernement doit sortir de son inertie, nous avons aussi besoin de l’administration municipale ainsi que la MRC Rimouski-Neigette pour nous sortir de cette impasse. C’est pourquoi face à cette crise qui est provinciale, nous demandons un réinvestissement dans le logement social afin de permettre la construction de 50 000 nouveaux logements sociaux, notamment de grands logements destinés aux familles, dans les cinq prochaines années. Nous rappelons finalement que, dans le contexte de la COVID-19 et à l’approche de la période annuelle des déménagements, le gouvernement du Québec n’a toujours pas adopté de mesure pour aider ou rassurer les locataires à ce niveau. Face à cette inaction du gouvernement provincial, nous espérons que la MRC de Rimouski-Neigette et la Ville de  Rimouski préparent un plan visant à s’assurer que personne ne se retrouve à la rue le 1er juillet », de conclure monsieur Cadieux.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×