23.09.2020
Nouvelle de 18 h Confessions d’un ex-prisonnier

Confessions d’un ex-prisonnier

Gaston Bourdages prépare une série télévisée

Un résident de Saint-Mathieu, dans Les Basques, Gaston Bourdages, travaille présentement à l’écriture d’une série de télévision qui traitera d’un sujet délicat : l’emprisonnement et ses impacts sur les êtres humains concernés et leur entourage.

 La série baptisée provisoirement « Barreaux » traitera de spiritualité et de psychologie dans le contexte de l’emprisonnement et d’un autre sujet universel, la violence sous toutes ses formes. Monsieur Bourdages a lui-même été reconnu coupable d’un homicide involontaire pour lequel il a purgé trois ans de prison ferme, de 1989 à 1991 inclusivement, alors qu’il vivait à Sainte-Foy.

Un passé qu’il assume pleinement et qui lui a permis de se refaire une vie par la suite. « Il y a bien quelques mauvaises langues qui se sont excitées à mon arrivée, mais en général, l’accueil a été très bon depuis que je me suis installé ici en 2012. Mon déménagement dans votre région fut un cadeau du ciel, une façon extraordinaire de se ressourcer. Les gens sont chaleureux et la nature est généreuse », croit-il.

Faire la paix

Monsieur Bourdages a trouvé la façon de faire la paix avec lui-même et avec son passé en écrivant trois ouvrages : « J’ai mal à ma liberté, j’ai tué, sur le chemin du pardon », « Examen de conscience… autopsie de l’injustifiable » et « Conscience en santé ou malade? ». Il a aussi collaboré à un ouvrage collectif publié en France, « Histoires de morts ».

Deux compagnies de production sont derrière le projet de monsieur Bourdages, qui co-scénarise l’histoire de « Barreaux » avec Sylvie Croteau, de Saint-Jean-Port-Joli. On ignore encore quelle chaîne le diffusera. La mise en vente pourrait se dérouler à l’automne auprès des diffuseurs.

Barreaux psychologiques

« Nous avons pensé à « Barreaux » comme titre en faisant référence aussi aux barreaux psychologiques entre lesquelles on s’installe dans nos vies respectives, aux plans spirituel et psychologique. On a pris mon histoire et on est en train de la transcrire dans un scénario. Les deux premiers épisodes sont écrits et se passeront en prison. Deux grandes maisons de production sont derrière nous. Le sujet étant universel, la série pourrait être diffusée par à peu près n’importe quelle chaîne », explique monsieur Bourdages.

Peut-être en janvier

« Le projet a été déposé il y a quatre semaines. Une compagnie de production m’a dit qu’il fallait de six à huit semaines pour évaluer un projet. Je m’attends donc d’avoir des nouvelles au maximum d’ici un mois. Si on se lance dans la production rapidement, on peut penser que la série pourrait commencer en janvier. Ce qu’on vise, ce sont trois saisons de six épisodes de 60 minutes. Nous sommes à l’écriture du quatrième épisode, présentement. L’écriture de la première saison devrait être complétée à la fin de juin », précise aussi l’auteur.

Expliquer la violence mais ne pas l’accepter

« Des démarches sont aussi effectuées en France. Nous traitons de la violence et de ce qui est sous-entendu à la violence sous toutes ses formes, physique, psychologique, verbale. Nous pensons que notre travail va permettre à beaucoup de gens de se reconnaître. Ce n’est pas une question de faire la morale. C’est une télé-série qui s’adresse à la potentielle compréhension des êtres humains à propos de dynamiques qui sont inacceptables. La violence elle s’explique, comme une équation, mais peu importe le résultat, il n’y a qu’un qualificatif qui lui convient, et c’est inacceptable », affirme Gaston Bourdages.

« L’autre aspect qu’on veut mettre en relief, c’est une prise de conscience que je suis parvenu à mettre en mots. L’Homme ne se construit pas seul, l’Homme ne se déconstruit pas seul et l’homme ne se reconstruit pas seul. Cependant, nous voulons notre série la plus accessible possible, pas trop « intello ». On a même pas mal de langage carcéral avec des jurons », note-t-il enfin.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×