01.10.2020
Actualités Politique Maison des aînés : le député LeBel émet des réserves

Maison des aînés : le député LeBel émet des réserves

La Ville de Rimouski a annoncé la semaine dernière avoir conclu une entente avec le gouvernement du Québec pour l’implantation d’une maison des aînés sur son territoire mais le député Harold LeBel n’est pas entièrement satisfait.

La Ville a vendu à Québec un terrain qui est situé au Nord de celui qui accueillera la nouvelle école (Lab-École), près de la rue Anne-Hébert et de l’avenue Léonidas, dans le secteur de la Cité des achats. Ce terrain servira à bâtir une des maisons des aînés promises par le gouvernement Legault. Ces résidences pour personnes âgées se voudront des espaces de vie mieux adaptés à leurs besoins.

 Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale dit se réjouir que des nouvelles places soient disponibles à Rimouski pour les aînés dans la future maison des aînés annoncée, mais tient à mettre certains bémols.

Ailleurs

« Premièrement, j’aurais préféré que la maison soit construite dans le secteur de Sainte-Blandine pour se rapprocher des aînés du haut-pays et pour peut-être donner l’opportunité d’y accoler des services de santé et j’en avais fait part aux autorités. »

« Deuxièmement, l’obsession du gouvernement pour concept, qui coûtera 15% plus cher à opérer qu’un CHSLD (centre d’hébergement et de soins de longue durée), sera destinée à une clientèle limitée d’aînés pendant que les autres devront demeurer dans leurs vieux CHSLD. Voilà donc un nouveau système à deux vitesses. Est-ce qu’on peut s’attendre à un grand chantier de reconstruction massif des CHSLD et des investissements jamais égalés pour reprendre l’expression de la ministre des Aînés et « créer des milieux de vie? », précise et questionne le député de Rimouski.

Maintien à domicile

Le député ajoute que la réponse aux besoins d’hébergement des aînés se trouve davantage dans le maintien à domicile et l’aide à la construction de maison bigénérationnelle. Des investissements sont prévus de 280 M$ cette année pour augmenter les heures de soins à domicile, ce qui est insuffisant selon Harold LeBel. Celui-ci insiste aussi pour l’amélioration des conditions de travail des travailleuses et travailleurs à domicile.

La profession

« La ministre (des Aînés) se dit pour le maintien à domicile, mais multiplie les possibilités d’hébergement avec ses maisons des aînés, qui vont d’ailleurs se construire à vitesse grand V.  Pendant ce temps, les travailleurs à domicile ne sont pas plus payés (autour de 14 $/h dans le communautaire et le privé) et leur nombre n’augmente pas puisque la profession n’est pas reconnue à sa juste valeur », déplore monsieur LeBel.

« Si la ministre souhaite réellement développer les soins à domicile, va-t-elle reconnaître l’enjeu de main-d’œuvre et imposer l’augmentation des salaires des PAB à domicile? », conclut le député de Rimouski et porte-parole du Parti québécois sur les conditions de vie des aînés.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×