30.10.2020
Nouvelle de 18 h Saison bien lancée pour le Marché public de la Mitis

Saison bien lancée pour le Marché public de la Mitis

La 13e saison du Marché public de la Mitis est très lancée avec un achalandage de plus de 400 personnes, samedi dernier (6 juin) malgré la pluie.

Le coordonnateur, François Mercier, estime qu’il s’agit d’un achalandage très important malgré les mesures liées à la COVID-19. « On avait obligé le port du masque, mais ce ne sera plus le cas à partir de ce samedi 13 juin. Le masque ne sera plus obligatoire, mais fortement recommandé. Nous avions exigé le port du masque parce que nous kiosques ne sont pas très profond, ce qui rend difficile la distanciation de deux mètres lorsque des clients d’approchent trop. Des gens nous ont dit que le masque n’est pas obligatoire dans les épiceries et les autres marchés publics », explique M. Mercier. Les autres mesures sanitaires continueront de s’appliquer : lavage des mains, aucune consommation sur place, distanciation sociale, sens unique.

Des nouveautés

Le Marché public de la Mitis propose quelques nouveautés cette année. « Nous avons Symbiose culture qui proposera des produits maraîchers biologiques à compter du 20 ou du 27 juin, la Poissonnerie Chouinard avec ses produits de la mer et poissons fumés ainsi que la Ferme familiale SDB qui proposera de la viande de bœuf, de porc et de la charcuterie. L’an dernier, nous n’avions que le sanglier du Garde mangé d’Obélix en viande. Ils sont aussi présents cette année. Pour l’artisanat, en nouveauté, Manon Ayotte, de Saint-Moïse, fait la vente de masques », indique le coordonnateur.

Le Marché accueille entre 10 et 15 exposants chaque semaine, la plupart dans le domaine de l’agroalimentaire. « Nous avons moins d’artisans cette année. Certains se sont désistés parce que leur clientèle est davantage les touristes qui seront moins nombreux cet été », ajoute M. Mercier.

Le marché public de la Mitis sera accessible les samedis de 9 h à 13 h jusqu’au 3 octobre derrière l’église de Sainte-Flavie. « Nous ouvrons 30 minutes plus tôt, car les gens faisaient la file dès 8 h 45 l’an dernier et nous ouvrions à 9 h 30. On ferme aussi plus tôt, car il n’y avait pas beaucoup de gens en après-midi. Ce n’était pas rentable par certains exposants de rester jusqu’à 14 h 30 », explique M. Mercier.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×