21.10.2020
Actualités Environnement Une nouvelle campagne d’information pour mieux protéger les Chics-Chocs

Une nouvelle campagne d’information pour mieux protéger les Chics-Chocs

Le Comité de protection des monts Chic-Chocs, la Société pour la nature et les parcs (SNAP Québec) et le Conseil régional de l’environnement du Bas-Saint-Laurent (CREBSL) dévoilent une nouvelle campagne visant la protection des monts Chic-Chocs.

Leur action se concentre dans le secteur de la réserve faunique de Matane, au Bas-Saint-Laurent. Les trois organisations lancent un appel à la population pour recueillir des images, des vidéos et des témoignages au cours de l’été 2020, dans le but de démontrer la mobilisation et l’attachement des citoyens à ce territoire. 
 

Une vidéo

Les organisations avaient initialement prévu la tenue d’une randonnée citoyenne dans le secteur qu’ils souhaitent voir protégé, mais la crise sanitaire et les consignes de distanciation sociale ont rendu cette éventualité impossible. À l’heure où le gouvernement envisage la relance post COVID-19, il est impératif de remettre la protection de la biodiversité et du territoire à l’agenda. 

« On travaille depuis 2007 à protéger ce territoire, donc on s’est retroussé les manches pour trouver une alternative et arriver au même objectif, explique Louis Fradette, co-porte-parole du Comité de protection des monts Chic-Chocs.Au lieu de rassembler tous les gens au même endroit, nous avons eu l’idée de répartir la mobilisation durant tout l’été et de recueillir des images et témoignages pour en faire une vidéo professionnelle. »

Tous les citoyens sont donc invités à visiter la Réserve faunique de Matane entre le 24 juin et le 7 août 2020 et à partager un témoignage expliquant leur attachement à cet endroit ainsi qu’à la faune et la flore qui y vit. Les images et témoignages seront recueillis au: http://bit.ly/chic-chocs
 

L’urgence d’agir pour la protection du territoire

Le Québec s’est engagé à atteindre 17 % d’aires protégées d’ici la fin de l’année 2020, un objectif qui a été reconfirmé récemment par voie de communiqué par le ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques lors de la Journée internationale de la diversité biologique.

Le secteur des monts Chic-Chocs, qui abrite de nombreuses espèces rares ou menacées dont le caribou montagnard, l’aigle royal et la grive de Bicknell, fait partie d’une série de sept territoires d’intérêt. Ceux-ci ont été recommandés pour la création d’aires protégées au gouvernement du Québec par les élu.e.s du Bas-Saint-Laurent en 2013 au terme d’une vaste consultation publique.

Sept territoires

« Les sept territoires font l’objet d’un large consensus régional obtenu dans les règles de l’art il y a sept ans, ajoute Patrick Morin, directeur adjoint du CREBSL.Les travaux forestiers y sont suspendus depuis ce temps, il ne reste que les licences d’exploration pétrolières et gazières et les droits miniers à lever. C’est donc un projet à portée de main du gouvernement. »

« Ces territoires contribueraient à l’atteinte de la cible gouvernementale de 17 %, mais surtout ajouteraient des aires protégées dans le Sud du Québec et à proximité des gens », estime Pier-Olivier Boudreault, biologiste en conservation à la SNAP Québec. 

La création d’aires protégées permettrait d’axer sur la mise en valeur de ces territoires et d’interdire de manière permanente les activités industrielles, comme la foresterie, l’exploitation minière, pétrolière et gazière. 

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×