30.10.2020
Actualités Politique Harold LeBel parle du ministre Fitzgibbon comme étant « dangereux »

Harold LeBel parle du ministre Fitzgibbon comme étant « dangereux »

Des données de la Régie de l’assurance-maladie fournies aux compagnies pharmaceutiques?

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale, Harold LeBel, ne prend pas de détour pour dénoncer un projet du gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) qu’il juge dangereux.

Le ministre de l’Économie, Pierre Fitzgibbon, a avancé hier, en commission parlementaire, l’idée que le gouvernement puisse fournir des données de la Régie de l’assurance maladie du Québec à des compagnies pharmaceutiques afin d’attirer celles-ci dans une perspective de développement économique.

Ce matin, monsieur LeBel tenait un point de presse devant la presse parlementaire, à titre de porte-parole du PQ pour les aînés et les proches aidants. Avant d’aborder ses deux sujets de prédilection, il a tenu à commenter les propos de monsieur Fitzgibbon.

« Dangereux, le monsieur! »

« Je veux avant tout dire un mot sur les déclarations de monsieur Fitzgibbon, hier. Il propose de donner nos informations médicales aux compagnies pharmaceutiques. Il nous dit : « Je ne peux pas vraiment en parler, mais c’est clair dans ma tête ». C’est dangereux. C’est un drôle de gouvernement qui, avec le projet de loi 61, veut prendre toute la place. Il nous dit : « suivez-moi ». C’est dangereux. Ce sont de nos données personnelles dont on parle! On donnera ça à des compagnies pharmaceutiques pour faire de la « business »! », lance monsieur LeBel.

 « Il (le ministre Fitzgibbon) nous dit : « je ne peux pas en parler, mais c’est clair dans ma tête. » Dangereux, le monsieur, dangereux! On va suivre ça de près. On voit bien que ce gouvernement, dans les derniers mois, voudrait tasser l’opposition, tasser tout le monde pour faire ses propres affaires. C’est un drôle de nationalisme. En fait, ce n’est pas du nationalisme, c’est de la « business » », affirme Harold LeBel.

« Rappelons-nous Desjardins »

« Ce sont vos données. Que le gouvernement avance ça, comme ça, en commission parlementaire sur les crédits… on doit se poser des questions. Avec tout ce qui s’est passé au Mouvement Desjardins et ailleurs sur les données personnelles, c’est quoi l’idée de lancer ça, comme ça, à la population? Il faudrait qu’on nous explique cette vision des choses. C’est un peu ça, ce gouvernement-là. Il dit : « Je ne sais où on va, je vais décider, suivez-moi et regardez-moi aller. Ne posez pas de questions. Je suis un gars de « business » et on va faire de la « business ».» Minimalement, il faudrait qu’on nous dise ce qu’il pense. Si c’est clair dans la tête de monsieur Fitzgibbon, qu’on nous explique un peu où on s’en va avec ça », tranche monsieur LeBel.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×