28.10.2020
Nouvelle de 19 h 4 milliards $ en crédits fiscaux pour des entreprises pétrolières, gazières et...

4 milliards $ en crédits fiscaux pour des entreprises pétrolières, gazières et minières

Certaines n’emploient personne au Québec

Des compagnies pétrolières, minières et gazières auraient profité de l’indulgence des lois fiscales entre 2001 et 2018, selon le parti Québec solidaire (QS), au point de se faire créditer une somme approchant 4 milliards $.

Le parti constituant le deuxième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale a révélé ce matin que pendant cette période, les crédits d’impôt relatifs aux ressources octroyées par les sociétés extractives, ainsi que les diverses déductions d’impôts pour frais d’exploration, ont totalisé 3,8 milliards $.

QS ajoute que : « plus de la moitié du crédit d’impôt relatif aux ressources, soit 600 millions $, a été accordée à des sociétés étrangères. Plus du tiers du pactole, soit 316 millions $, est allé à des entreprises qui n’ont aucun employé au Québec. Des sociétés inopérantes au Québec ont reçu 123 millions $. »

Les informations obtenues et dévoilées par Québec solidaire dressent « un tableau inquiétant de la complaisance des gouvernements libéraux et péquistes des 20 dernières années face aux compagnies pétrolières, minières et gazières. »

Ruba Ghazal (Photo: Facebook-Ruba Ghazal)

Un « traitement de faveur » que la députée de Mercier et responsable solidaire en matière d’environnement, Ruba Ghazal, estime « digne d’une colonie-comptoir ».

Le beurre et l’argent du beurre

« Pendant que nos écoles et nos hôpitaux craquaient sous toutes leurs coutures, le gouvernement du Québec a laissé s’échapper des centaines de millions de $ en recettes fiscales au profit de l’industrie extractive. Non seulement nous leur laissons extraire nos ressources pour une bouchée de pain, mais en plus, nous les payons pour venir le faire. Pas étonnant que le Québec soit toujours très populaire dans les sondages de l’industrie: on leur donne le beurre et l’argent du beurre! La question se pose: sommes-nous encore maîtres chez nous? », s’inquiète madame Ghazal.

Emplois « verts » demandés

« Après le scandale du Cirque du Soleil et le projet caquiste de vendre nos données médicales aux compagnies pharmaceutiques, les Québécoises et les Québécois se demandent: « pour qui la CAQ travaille-t-elle vraiment? » Le gouvernement Legault doit montrer qu’il a encore l’intérêt national à coeur et fermer le robinet. Cet argent-là pourrait soutenir la transition écologique et la création d’emplois « verts » ici au Québec au lieu de grossir les poches des actionnaires étrangers de l’industrie extractive. En 2020, nous méritons mieux que ça », déplore Ruba Ghazal.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×