31.10.2020
Nouvelle de 19 h Anniversaire marquant dans le monde de la musique

Anniversaire marquant dans le monde de la musique

Le 18 septembre, demain, marquera le 50e anniversaire du décès du guitariste Jimi Hendrix qui, pour plusieurs amateurs, aura joué un rôle prépondérant dans l’histoire de la musique populaire.

Jimi Hendrix était au faîte de sa gloire quand il est décédé à l’âge de 27 ans, à Londres, le 18 septembre 1970. Ses compositions originales et ses interprétations, notamment de pièces de Bob Dylan, étaient livrées avec une couleur inédite jusque là, notamment par le recours aux pédales de guitare à effets. En spectacle, il se faisait un devoir de livrer une version inédite de ses chansons, plutôt que de se donner l’obligation de les refaire intégralement.

Woodstock et l’hymne américain

Musicien phare de l’époque hippie, Jimi Hendrix s’est aussi fait remarquer pour sa participation aux célèbres festivals de musique de Monterrey (1967) et de Woodstock (1969) et pour son interprétation à la guitare de l’hymne américain « The star spangled banner ».

Pour bien des observateurs, il n’aura pas seulement eu une influence sur le rock mais sur toute la musique populaire. Il aura même influencé le célèbre jazzman Miles Davis. Il a joué avec Sam Cooke, Ike and Tina Turner, les Isley Brothers et Little Richard. Il a même joué en première partie de l’artiste français Johnny Hallyday.

Invité à présenter des spectacles en Angleterre par un autre célèbre guitariste, Éric Clapton, en novembre 1966, Hendrix éblouit les leaders de nombreux groupes célèbres : John Lennon et Paul Mc Cartney (Beatles), Jeff Beck (The Faces), Pete Townsend (The Who), Brian Jones et Mick Jagger (Rolling Stones) et Kevin Ayers (Soft Machine, Gong, Mike Oldfield). Ses principaux succès sont « Purple Haze », « Hey Joe », « Voodoo Chile », « The wind cries Mary » et « All along the watchtower » (de Bob Dylan).

Club des 27

Jimi Hendrix est aussi connu pour être membre du « Club des 27 », ces « martyres » de la musique rock qui ont tous pour point commun d’être décédés à l’âge de 27 ans. Les autres musiciens les plus connus à faire partie du groupe sont Brian Jones (Rolling Stones, mort le 3 juillet 1969), Janis Joplin (4 octobre 1970), Jim Morrisson (The Doors, 3 juillet 1971), Kurt Cobain (Nirvana, 5 avril 1994) et Amy Whinehouse (23 juillet 2011). La plupart sont décédés des suites d’abus de drogues, d’alcool et de médicaments.

Le « fuzz »

Pour un guitariste rimouskois bien connu, Jean Desrochers, de la formation Groove, qui interprète de grands succès de l’histoire du rock, Jimi Hendrix a eu l’effet d’un séisme pour ceux qui l’ont entendu à ses débuts. Comme d’autres, il n’a pas oublié la première fois où il a entendu Hendrix.

 « La première fois que j’ai vu et entendu Jimi Hendrix, je me suis dit : « calvaire! ». Jusque là, on n’entendait pas ou presque pas de guitaristes utilisant les pédales à effets. Lui a fait sa marque avec le « fuzz ». Il a eu le même impact sur moi que sur d’autres. Éric Clapton disait que tous les guitaristes de l’Angleterre capotaient sur Hendrix! On se demandait d’où sortait ce gars-là. C’est tout un phénomène! », remarque Jean Desrochers.

Changé la façon de faire

Au sein même de son groupe, on compte un grand partisan de Jimi Hendrix, le guitariste soliste Richard Canuel. « Hendrix a changé la façon de voir la guitare pour plein de musiciens. Je comprends pourquoi, parce que ça m’a fait le même effet! Je dois dire que quand j’ai entendu Richard pour la première fois, il m’a fait penser à Jimi Hendrix, car les deux aiment faire des solos différents, chaque fois qu’ils interprètent une « tune ». L’improvisation est un art et il faut savoir le faire pour bien le faire. On sait que ce sera toujours différent et toujours bon. Personnellement, ce n’est pas quelque chose que je suis capable de faire. »

Jean Desrochers et Richard Canuel, de la formation Groove, qui vient de reprendre les répétitions. (Photo: courtoisie)

Pas donné à tout le monde

« À peu près tout ce qui a suivi dans le rock, dans les années 1970, a été influencé par Jimi Hendrix. Ce n’est pas donné à tous les guitaristes de jouer du Hendrix. Il faut être au sommet de son art pour interpréter Jimi Hendrix. C’était tellement « une autre coche » en haut par rapport à ce qui se faisait en musique, dans le temps. Jouer du Hendrix, c’est un peu comme décider de jouer « Hotel California » des Eagles. Si tu le fais, tu es mieux de très bien le faire, sinon ne le fais pas, car ça ne « sonnera » pas bien. D’autres pièces du répertoire populaire sont assez simples à reproduire, mais pour Hendrix, c’est une autre paire de manches », constate enfin Jean Desrochers.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×