25.10.2020
Actualités Faits divers 2 000 $ d’amende pour conduite avec les facultés affaiblies

2 000 $ d’amende pour conduite avec les facultés affaiblies

Un homme dans la trentaine, Simon-Pierre Perreault, écope d’une amende de 2 000 $ pour avoir conduit un véhicule avec les capacités affaiblies le 6 janvier 2019 au centre-ville de Rimouski.

« Vers 2 h du matin, les agents en patrouille aperçoivent l’accusé dans la cour de la Grande Place. Ensuite, ils le revoient face à la porte du Bar le St-Barnabé où il fait des bye bye aux policiers. Une quinzaine de minutes plus tard, ils le revoient ayant une démarche chancelante face au Doolys. Les policiers le reconnaissent quelques minutes plus tard au volant d’un véhicule. Ils activent les gyrophares, mais ils n’obtiennent aucune réaction de la part du conducteur. Ils doivent le sommer de s’immobiliser pour qu’il finisse par le faire », raconte le procureur de la Couronne, Me Luc Cyr.

Les deux tests d’alcoolémie démontrent un taux de 160 milligrammes d’alcool pare 100 millilitres de sang. L’accusé a plaidé coupable, lundi matin, avant son procès. La juge Luce Kennedy a donné suite à la suggestion commune des deux parties et elle impose une amende de 2 000 $ à l’accusé ainsi que la suspension de son permis de conduire pour 12 mois.

Voies de fait armés en lançant ses lunettes

Une employée du système de santé que nous n’identifierons pas parce qu’elle a obtenu une absolution conditionnelle afin de ne pas perdre son travail a plaidé coupable à une accusation de voies de fait armée en lançant ses lunettes sur son ex-conjoint lors d’une chicane. Le geste a été posé devant les policiers qui venaient d’intervenir sur place. « La sentence doit être adaptée à la personne et non seulement à un crime », estime la juge Kennedy, qui considère qu’une absolution conditionnelle au respect des conditions d’une probation de 12 mois sert les intérêts de la justice dans le cas de cette femme sans antécédent judiciaire pour laquelle un casier judiciaire entraînerait la perte de son emploi. L’accusée a plaidé coupable lundi matin au palais de justice de Rimouski, avant la tenue de son procès.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×