24.10.2020
Actualités Société Lénine Nankassa Boucal est finaliste pour le Prix Charles-Biddle

Lénine Nankassa Boucal est finaliste pour le Prix Charles-Biddle

Un Rimouskois bien connu, Lénine Nankassa Boucal est finaliste pour l’obtention du Prix Charles-Biddle du ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration (MIFI), la Fabrique culturelle de Télé-Québec et de l’organisme Culture pour tous.

Ceux-ci ont dévoilé hier les noms des finalistes du Prix Charles-Biddle 2020, qui souligne l’apport exceptionnel de personnes ayant immigré au Québec et dont l’engagement personnel ou professionnel contribue au développement culturel et artistique du Québec.

Par leurs réalisations, ces femmes et ces hommes sont des modèles de réussite, tant dans leur domaine que pour l’ensemble de la société québécoise. Le prix Charles-Biddle comporte deux volets (régional et national/international) assortis chacun d’une bourse de 5 000 $.

Le Bas-Laurentien d’adoption, Lenine Nankassa Boucal, bien connu dans la région pour son engagement en faveur de l’inclusion, de la justice sociale et du mieux vivre ensemble, figure parmi les trois finalistes retenus à l’échelle de la province, dans le volet régional. Ce prix récompense les efforts, l’apport, l’implication, l’engagement et le rayonnement d’individus dans leur milieu (région, ville, village, communauté).

Hommage

« Cette nomination au Prix Charles-Biddle est en soi une belle reconnaissance qui me touche beaucoup. Je saisis d’ailleurs cette belle occasion pour, du fond du cœur, rendre hommage à mes parents qui m’ont inculqué ces valeurs d’entraide et de solidarité qui guident chacun de mes pas ; mais aussi remercier toutes les personnes et institutions qui ont cru en moi et se sont investies avec moi dans chacun des projets ou initiatives proposés à mon milieu d’adoption : le Bas-Saint-Laurent. Du fleuve Casamance (Sénégal) au bord duquel j’ai vu le jour, au fleuve Saint-Laurent dans lequel je sens, quotidiennement, mes racines s’enfoncer davantage ; je suis le courant. Un air salin qui me revigore et m’apaise » commente Lenine Nankassa Boucal.

Parcours

Originaire du Sénégal, monsieur Boucal a immigré au Québec en 2007. Après avoir vécu dans les petites et grandes villes de la province, c’est à Rimouski qu’il dépose finalement ses valises, il y a de cela maintenant six ans. Depuis son arrivée dans la région, Lenine est très impliqué dans son milieu d’accueil et est à l’origine de plusieurs belles initiatives concourant à la promotion de la région, de l’intégration et de la rétention de ses nouveaux arrivants, et surtout du « mieux vivre ensemble. »

En avril 2017, il fonde le Cabaret de la diversité en s’inspirant de l’ouvrage « Intégration : une responsabilité partagée entre la société d’accueil et la personne immigrante » du sociologue Doudou Sow. Cette initiative citoyenne est devenue aujourd’hui un véritable carrefour du vivre ensemble et jouit d’un leadership notoire en matière d’inclusion et de rapprochements interculturels dans la région.

Autres prix

Monsieur Boucal a d’ailleurs déjà reçu les prix Lys de la diversité du Québec lors des Grands Prix mosaïque (mai 2018) et personnalité de l’année « coup de cœur » du public Bas-Saint-Laurent (décembre 2019).

C’est à l’occasion du lancement de la 18e Semaine québécoise des rencontres interculturelles (SQRI), le lundi 19 octobre prochain, que seront dévoilés les noms des lauréats du prix Charles-Biddle 2020.

La SQRI est l’occasion de mettre en valeur la contribution importante des Québécoises et des Québécois de toutes origines au développement du Québec, d’encourager le dialogue et de susciter le rapprochement interculturel. Elle vise également à faire connaître la réalité de l’immigration et de la diversité ethnoculturelle du Québec et à lutter contre les préjugés et la discrimination.

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×