27.11.2020
Actualités Politique Virginie Proulx exclue des discussions sur le budget

Virginie Proulx exclue des discussions sur le budget

La conseillère du district du Bic, à Rimouski, Virginie Proulx, annonce aujourd’hui sur son compte Facebook qu’elle a été exclue des discussions menées par le conseil municipal concernant le budget 2021, actuellement en préparation.

Bien qu’elle ne puisse plus participer aux réunions en comité plénier à la suite d’une décision de la majorité de ses collègues, en mai, madame Proulx aurait semble-t-il apprécié d’y être invitée exceptionnellement pour les travaux préparatoires à l’adoption du budget.

Madame Proulx a publié les commentaires suivants sur sa page Facebook cet avant-midi:

« Je prends un moment aujourd’hui pour vous faire un suivi quant à mon exclusion des séances plénières de la Ville de Rimouski. Depuis maintenant six mois, je suis toujours exclue. Le maire m’a accusée publiquement d’avoir « transmis des renseignements confidentiels à de tierces parties », ce qui est une accusation grave et fausse. J’ai toujours démenti cette affirmation, et j’ai même publié les échanges avec le citoyen qui ont mené à mon exclusion, pour prouver ma bonne foi (par le biais d’une entrevue au journal Le Mouton Noir). »

« Je travaille depuis le début de mon mandat pour amener plus de transparence et de démocratie au sein de la ville. Dès le début de mon mandat, on m’a reproché de demander plus de liberté pour les élus indépendants, la possibilité de voter contre des résolutions et celle de s’exprimer librement dans les médias. »

« Je sais que je dérange »

« Avec des élus de partout au Québec, nous avons travaillé à monter un mouvement pour exiger du gouvernement qu’il encadre les séances plénières à huis clos, ces lieux où les délibérations se font en secret, où des décisions sont prises à l’abri des médias et des citoyens et où il peut y avoir de l’intimidation et du harcèlement. Tout ce que nous demandons, c’est l’application de la recommandation 51 de la Commission Charbonneau (sur les contrats de construction dans le milieu municipal). »

« Je sais que depuis le début de mon mandat, je dérange parce que je cherche à améliorer les choses qui me semblent désuètes, parce que je bouleverse l’ordre établi, parce que je refuse la médiocrité. Je me suis présentée en politique parce que j’ai des convictions, parce que je suis une idéaliste, parce que j’ose rêver une meilleure société. Je suis confrontée à un système qui ne veut pas changer, à des élus qui n’étaient visiblement pas là pour les mêmes raisons que moi. »

Élue par les citoyens

« J’ai été élue par mes citoyens, et non par mes collègues. Comment peut-on accepter que dans une société démocratique, des élus excluent une élue qui tente d’améliorer la démocratie? Lundi dernier, le conseil municipal a refusé que je participe à l’analyse et aux décisions concernant le budget de la ville. Comment est-ce possible dans une démocratie? »

«  Sachez que malgré les difficultés qui en découlent, malgré le fait de devoir entendre le maire dans les médias tenter de me discréditer, malgré les situations où on a tenté de m’intimider, malgré tout ça, je suis une battante et je n’abandonnerai pas. Je suis convaincue que la politique municipale à Rimouski doit changer. Et je continuerai à y travailler. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×