27.11.2020
Actualités Économie Détails sur la mise à jour économique du gouvernement Legault et réaction...

Détails sur la mise à jour économique du gouvernement Legault et réaction du PQ

Un déficit budgétaire important

Le gouvernement de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a dévoilé une mise à jour économique aujourd’hui.

Le gouvernement Legault dit poursuivre ses actions pour soutenir les Québécois, renforcer notre système de santé et relancer l’économie. 

Voici le communiqué émis par le gouvernement de François Legault, cet après-midi :

« Le point sur la situation économique et financière du Québec, présenté aujourd’hui par le ministre des Finances, M. Eric Girard, fait état de mesures additionnelles totalisant 1,8 milliard de dollars sur trois ans pour continuer à soutenir les Québécois et relancer l’économie. Ces nouvelles initiatives portent à près de 13 milliards de dollars le montant investi par le gouvernement, depuis mars, pour affronter la crise économique et sanitaire historique dans laquelle est plongé le Québec.

Des sommes additionnelles

En plus des gestes posés depuis mars 2020, le gouvernement annonce un montant additionnel de 287 millions de dollars pour soutenir les Québécois et notre économie. Il inclut ainsi un montant additionnel de 100 millions de dollars qui sera investi pour contrer les problèmes de santé mentale au moyen, entre autres, d’un meilleur accès à des services d’aide.

De plus, de nouvelles initiatives totalisant 117 millions de dollars permettront de rendre nos milieux d’enseignement mieux adaptés au contexte actuel et à l’enseignement à distance, de soutenir des clientèles vulnérables et d’assurer des services de garde subventionnés sécuritaires.

Une aide additionnelle de 60 millions de dollars pour le secteur du tourisme est également annoncée aujourd’hui, notamment pour atténuer les impacts de la pandémie sur l’hébergement touristique.

En ajoutant les sommes accordées depuis le mois de juin, l’aide pour soutenir les Québécois et notre économie pendant la crise totalise 5,9 milliards de dollars.

1,5 G$ additionnels pour la relance de l’économie

Si l’essentiel des investissements a jusqu’à maintenant été consacré à la gestion de la crise, le gouvernement présente aujourd’hui des actions concrètes totalisant 1,5 milliard de dollars sur trois ans afin d’accélérer la relance de l’économie. De cette somme, 459 millions de dollars iront à des initiatives visant à favoriser la réintégration des Québécois sur le marché du travail en misant sur la requalification, la formation et la diplomation.

Le gouvernement prévoit également 477 millions de dollars pour stimuler la croissance économique en accélérant les projets d’investissement des entreprises, en appuyant des initiatives innovantes et en soutenant le développement économique des régions. Des investissements additionnels de 300 millions de dollars permettront également de bonifier le Plan pour une économie verte, et un montant de 247 M$ sera investi pour encourager la production québécoise et l’achat local.

Ces actions s’ajoutent au devancement, annoncé en mai dernier, de plusieurs investissements prévus dans le Plan québécois des infrastructures (PQI) 2020-2030. Pour 2020-2021, ce plan prévoit dorénavant des investissements allant jusqu’à 13,9 milliards de dollars, plutôt que les 11 milliards de dollars initialement prévus. Cette initiative aura un impact financier de plus de 300 millions de dollars sur trois ans.

Les nouvelles initiatives annoncées aujourd’hui portent l’intervention du gouvernement à 1,8 milliard de dollars en lien avec la relance économique depuis mars.

Depuis juin, 1,3 G$ pour gérer la crise sanitaire

C’est d’abord en s’assurant de contrôler la situation sanitaire qu’il sera possible de redonner confiance à la population et aux entreprises. À cet égard, la mise à jour de novembre 2020 fait état de dépenses additionnelles de 1,3 milliard de dollars en santé depuis juin dernier, qui découlent notamment du plan d’action pour faire face à la deuxième vague de la pandémie. Ces dépenses sont principalement liées à la prolongation des primes pour le personnel de la santé, à la formation des nouveaux préposés aux bénéficiaires, à l’augmentation du dépistage et de la capacité de traitement des tests et aux achats réalisés afin de disposer de tous les équipements de protection nécessaires. Les investissements en santé totalisent 5 milliards de dollars depuis mars.

Près de 13 G$ investis depuis mars

Au total, depuis le mois de mars, le gouvernement a investi près de 13 milliards de dollars pour gérer la crise sanitaire et pour soutenir les Québécois et notre économie, soit :

  • 5,0 milliards de dollars pour renforcer notre système de santé;
  • 5,9 milliards de dollars pour soutenir les Québécois et notre économie pendant ces moments difficiles;
  • 1,8 milliard de dollars pour favoriser une relance économique forte et durable au Québec.

Un déficit budgétaire important en 2020-2021

Un déficit budgétaire de 15 milliards de dollars est toujours prévu en 2020-2021. En incluant les provisions, des déficits budgétaires décroissants de 8,3 milliards de dollars en 2021-2022 et de 7,0 milliards de dollars en 2022-2023 sont actuellement prévus. La pandémie et les mesures mises en place depuis mars dernier ont généré de tels déficits.

Le gouvernement a été présent depuis le début de la pandémie et compte le demeurer jusqu’à la fin de la crise, mais il a aussi la ferme intention d’assurer une relance économique. Nous reviendrons à l’équilibre budgétaire d’ici 5 ans sans couper dans les services et sans augmenter les taxes et impôts. Plus de détails sur le chemin à suivre seront présentés dans le prochain budget. »

Réaction du Parti Québécois

Le Parti Québécois, qui compte des députés à Rimouski, Matane-Matapédia, sur la Côte-Nord et à Gaspé, a réagi par le communiqué suivant :

« Le député de René-Lévesque et porte-parole du Parti Québécois en matière de finances, Martin Ouellet, la députée de Gaspé et porte-parole en matière d’économie ainsi que pour les PME et la relance, Méganne Perry Mélançon, de même que le chef du Parti Québécois, Paul St‑Pierre Plamondon, constatent, à la lecture de la mise à jour économique, que Québec devra attendre l’accord du Canada pour aller de l’avant avec ses intentions budgétaires.

En effet, le portrait des finances publiques qu’a présenté la CAQ est un véritable château de cartes. « Tant et aussi longtemps que nous n’irons pas chercher l’argent des transferts en santé, de l’argent qui nous appartient, la CAQ n’aura aucunement les moyens de ses ambitions », s’inquiète Martin Ouellet. Tout comme son chef, il s’indigne du fait que chaque fois que le gouvernement Legault a fait des demandes à Ottawa, la porte s’est rapidement fermée devant lui. « On ne peut pas baser notre relance économique et la survie de nos systèmes de santé et d’éducation sur des sommes hypothétiques! Encore une fois, la CAQ doit quémander au fédéral l’argent qui nous appartient », a ajouté le porte-parole.

Selon lui et ses collègues, pour retourner à l’équilibre budgétaire, le ministre des Finances aura besoin d’aller chercher 6 G$ de plus en transferts fédéraux, ce qui est loin d’être fait. « Le meilleur moyen de mettre fin à ce mauvais film, c’est d’arrêter d’envoyer la moitié de nos impôts à un gouvernement qui n’a aucune considération pour le Québec », soutient le député.

La grande réunion des oubliés

« C’est bien décevant : nos entrepreneurs qui souffrent en silence dans les zones orange et jaunes n’auront pas plus d’aide, souligne pour sa part la porte-parole en matière d’économie. Même s’ils sont les poumons économiques de nos régions, ils doivent composer avec une fermeture forcée et déguisée. Pendant ce temps, la CAQ ferme les yeux et refuse de voir la lourdeur bureaucratique du système; pourtant, la possibilité réelle d’une fermeture définitive menace ces entreprises. »

Méganne Perry Mélançon déplore également que la cible du gouvernement pour l’achat local d’équipements de protection individuelle demeure à 25 %. « La CAQ revient sur son engagement de protéger et de promouvoir les intérêts du Québec. Nous pourrions aller jusqu’à 70 % de contenu québécois, mais le gouvernement refuse de se montrer plus exigeant », regrette‑t‑elle.

Par ailleurs, la mise à jour économique du gouvernement de la CAQ ne marque pas le virage vert qu’elle promet pourtant depuis plusieurs mois. « Les Québécois et les Québécoises s’attendaient à des mesures concrètes pour verdir l’économie. Le gouvernement saisit-il l’ampleur de la crise climatique, est‑il conscient qu’il joue un rôle de premier plan face à cet enjeu? Visiblement, pas vraiment, car il vient encore de manquer une belle occasion de s’affirmer. Dans sa mise à jour, il n’y a aucun nouvel investissement pour les infrastructures vertes, aucun budget carbone, ni rien pour aider les municipalités avec l’assainissement des eaux », a énuméré la députée de Gaspé.

Enfin, outre le fait que nos tout-petits font également partie des grands oubliés, puisque strictement rien n’a été attribué pour le développement du réseau des services de garde éducatifs à l’enfance, mentionnons que la CAQ a, une fois de plus, complètement ignoré les besoins criants en matière de logement social. « À la CAQ, on est tellement gêné de laisser des centaines de personnes dormir à l’extérieur tout l’hiver qu’on n’a même pas cru bon de mentionner une seule fois les mots “logement social” dans le document de 250 pages. Le gouvernement refuse d’admettre que nous sommes dans une réelle crise; il nie, tout simplement, l’urgence et l’évidence », s’est indignée Méganne Perry Mélançon. »

Suivez-nous sur les réseaux sociaux



   

Inscrivez-vous à notre infolettre

Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×