Nouvelle de 18 h Costco : Guy Caron s’explique

Costco : Guy Caron s’explique

Il annonce ses couleurs avec ses récentes déclarations

Le candidat à la mairie de Rimouski, Guy Caron, endosse pleinement ses propos concernant la venue éventuelle du géant du commerce au détail Costco dans la capitale du Bas-Saint-Laurent.

Monsieur Caron s’est dit favorable à la venue de Costco, la semaine dernière, alors qu’il annonçait sa candidature à la mairie en 2021, mais tout en affirmant qu’il ne ferait aucun passe-droit ni traitement de faveur à Costco ou à toute autre entreprise désireuse de s’implanter dans la capitale du Bas-Saint-Laurent s’il devenait maire.



Des milliers de lecteurs du journal le soir ont pris connaissance d’un article publié hier midi à ce sujet et des dizaines ont réagi. Parmi les lecteurs ayant réagi, bon nombre de ceux qui se disaient partisans de Guy Caron à 200 % dans des commentaires précédents portant sur sa candidature ont remis leur appui en doute. Évidemment, les « pro Costco » et les « anti Costco » se sont tiré la pipe. On a par contre vu des commentaires appuyant monsieur Caron dans sa volonté d’intégrité.

« Si Costco veut faire une offre d’achat pour le terrain qu’on lui propose ou désire venir ici autrement, je ne vois pas de problème avec ça, à condition qu’il n’y ait pas de congé de taxe significatif ou de terrain vendu au rabais. Je sais que la volonté des consommateurs d’avoir un magasin Costco à Rimouski est grande. Je n’irai pas supplier Costco de venir ici, mais si l’entreprise souhaite négocier, je suis tout à fait ouvert », indiquait monsieur Caron.


Couleurs

Les propos de monsieur Caron ont aussi suscité assez de réactions et de questions pour l’inviter à revenir sur le sujet et à préciser sa pensée. Il ne se défile pas. Il a plutôt annoncé ses couleurs, des couleurs oranger comme dans « néo-démocrate », à savoir la promotion des valeurs de justice sociale et d’équité économique.



« J’ai dit ce que j’avais à dire sur le sujet. Si Costco veut venir à Rimouski, bien, tant mieux, mais il n’est pas question de faire des faveurs particulières à des entreprises comme ça, même si des négociations peuvent se tenir pour faciliter les choses. Costco, c’est clair que c’est une compagnie qui fait des profits et si elle souhaite venir à Rimouski, elle peut se plier à des négociations », commente monsieur Caron.

Progressiste


« C’est sûr que si on se disait : on va donner un congé de taxes de trois ans à Costco et un terrain à rabais pour qu’elle vienne ici, c’est clair que ce n’est pas la direction où on devrait aller en ce qui me concerne. Au bout du compte, on doit faire une gestion responsable des fonds publics. Je demeure un progressiste et c’est clair pour moi que c’est une question importante. Au-delà du nom de la compagnie, ce qu’on veut s’assurer c’est que le secteur commercial et le secteur économique se déroulent bien à Rimouski. Et que ce soit en parallèle avec un développement que l’on veut durable et responsable », déclare l’ancien député fédéral de Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques.

 « Si on veut un développement durable et responsable, une santé économique et une équité économique pour la ville, tout ça entre en ligne de compte. Il ne faut jamais oublier, quand on parle d’un dossier en particulier, qu’il faut le mettre en parallèle avec d’autres questions qui sont importantes pour la santé d’une communauté », tranche celui qui est aussi économiste.

La virulence de certains

Monsieur Caron n’est pas étonné de la virulence de certains propos concernant les élus en général que l’on retrouve parfois sur les médias sociaux. Une virulence qui inciterait des élus à ne pas solliciter de nouveau mandat l’an prochain. Il s’est sans doute fait une carapace à Ottawa!

« Oui et non. Il faut porter attention aux commentaires, mais ne pas se laisser aveugler par eux non plus. Surtout que certains commentent sans même avoir lu le texte. C’est comme un microcosme de la société. Il faut prendre tout ça avec un grain de sel, parce que sinon, ça peut venir te faire du tort », mentionne-t-il en terminant.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×