Actualités > Économie > Une étude d’opportunité pour déterminer l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon
Économie

Une étude d’opportunité pour déterminer l’avenir de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon

(Photo: Traverse de Rivière-du-Loup/Saint-Siméon, site Internet)

Compte tenu du rôle stratégique du lien fluvial entre le Bas-Saint-Laurent et Charlevoix, des défis techniques identifiés par les vérifications réalisées jusqu’ici et de l’importance des investissements qui devront être faits, la Société des traversiers du Québec (STQ) conclut qu’une étude d’opportunité en bonne et due forme s’avère nécessaire pour déterminer la solution optimale pour assurer la pérennité et le développement de la traverse Rivière-du-Loup-Saint-Siméon

Cette étude sera officiellement lancée au cours des prochaines semaines et ses conclusions devraient être connues au plus tard au printemps 2022. Les deux sites envisagés pour le port d’attache dans la région du Bas-Saint-Laurent, soit Rivière-du-Loup et Cacouna, seront étudiés en profondeur afin de permettre à la STQ de prendre une décision éclairée.

Évaluation des deux scénarios

Métal du Golfe_VF

L’étude d’opportunité comprendra plusieurs volets, dont une étude des besoins et des exigences du projet, de même qu’une évaluation des deux scénarios au regard de leur faisabilité technique et technologique, des avantages-coûts, des incidences humaines, organisationnelles et environnementales, des parties prenantes et de l’échéancier préliminaire. Une estimation préliminaire des coûts de chaque scénario sera aussi incluse dans le mandat.

Des études socio-économiques seront également réalisées pour prendre la mesure des impacts locaux, régionaux et nationaux des scénarios envisagés à partir des deux sites. Les effets sur le tourisme régional seront aussi analysés.

La continuité du service assurée
La STQ tient à rassurer la population: cette étude ne causera pas d’interruption de service à la traverse. Des discussions sont en cours avec le fournisseur de services actuel, Clarke inc., pour poursuivre le service au-delà de la date d’échéance actuelle du contrat, le 31 décembre 2022, et une solution temporaire pourrait être offerte avec le NM Saaremaa I au besoin.

« Au vu des données objectives que nous avons et devant l’ampleur des défis techniques, des investissements nécessaires et des préoccupations sérieuses et légitimes du milieu, une étude d’opportunité en bonne et due forme sera réalisée pour évaluer les options possibles à Rivière-du-Loup et à Cacouna. Puisque la STQ doit assurer une saine gestion des deniers publics, il faut avoir en main des analyses techniques, environnementales et socio-économiques plus poussées. Je tiens également à rassurer la population : il y aura du service à la traverse pendant que nous menons ces études. Il n’y a aucune crainte à avoir de ce côté, la continuité du service est notre priorité », déclare le président-directeur général de la STQ, Stéphane Lafaut.

Michel Lagacé (Photo courtoisie)

Bien reçu par les élus

La Table régionale des élus municipaux du Bas-Saint-Laurent (TREMBSL) réagit favorablement à l’annonce de la réalisation d’une étude d’opportunité exhaustive de la Société des traversiers du Québec (STQ) sur l’avenir du traversier entre Rivière-du-Loup et Saint-Siméon.

« Lors de notre rencontre régulière du mois d’octobre dernier, nous avons adopté une résolution demandant à la Société des traversiers du Québec d’agir avec beaucoup de prudence dans ce dossier, considérant le caractère structurant de ce service pour les communautés concernées. Nous avions exprimé le souhait que les aspects financiers, économiques, touristiques, écologiques et sociaux fassent l’objet d’une étude exhaustive afin de permettre à la STQ de prendre une décision éclairée. Or, l’étude annoncée par le président-directeur général mercredi couvre l’ensemble de ces aspects », commente Michel Lagacé, préfet de la MRC de Rivière-du-Loup et président de la TREMBSL.

« Nous sommes également rassurés par l’engagement de la STQ de maintenir le service tout au long de ce processus et de poursuivre les discussions avec la compagnie Clarke, afin de prolonger son contrat au-delà de la date d’échéance prévue, soit le 31 décembre 2022 », conclut M. Lagacé.

Facebook Twitter Reddit