Actualités Politique À cinq ans, le Tribunal administratif du travail a su maintenir le...

À cinq ans, le Tribunal administratif du travail a su maintenir le cap

Cette nouvelle année marque le 5e anniversaire de la création du Tribunal administratif du travail qui a su maintenir le cap sur sa mission tout en s’adaptant aux changements législatifs et technologiques ainsi qu’aux nouvelles réalités du monde du travail.

Issu de la fusion de la Commission des lésions professionnelles (CLP) et de la Commission des relations du travail (CRT), le Tribunal administratif du travail (TAT) a vu le jour le 1er janvier 2016. Sa mission était de statuer sur de nombreux recours liés au monde du travail, prévus dans une quarantaine de lois. Pour orienter ses activités, le TAT se dote d’une vision : un tribunalunifié, accessible et d’avant-garde qui offre aux citoyens des services de qualité, et ce, dans toutes les régions du Québec.



Harmonisation des opérations

Le Tribunal enclenche alors un vaste processus d’harmonisation de ses opérations. Il élabore des politiques et des directives applicables à ses quatre divisions : la santé et la sécurité du travail; les relations du travail; les services essentiels; la construction et la qualification professionnelle. Il adopte ses règles de preuve et de procédure. Il définit les orientations pour la diffusion des décisions qu’il rend. Il forme certains de ses juges administratifs à siéger dans plusieurs divisions. Il veille au regroupement des informations sur ses plateformes et ses outils de communication (sites Web et intranet, système informatique, etc.).


Soucieux de maintenir des services de qualité pour les citoyens, le TAT recrute et forme de nouveaux juges administratifs, conciliateurs et employés pour compenser les nombreux départs à la retraite.

Solutions technologiques de pointe



Souhaitant faire du TAT un tribunal d’avant-garde, la direction mise sur des solutions technologiques de pointe, dont l’utilisation de la visioconférence et l’aménagement de salles d’audience numériques. « Cette stratégie nous aura permis d’avoir une longueur d’avance lorsqu’il a fallu s’adapter aux nouvelles contraintes liées à la pandémie de la COVID-19, tant pour les audiences que pour les séances de conciliation », souligne avec fierté la présidente, Lucie Nadeau.

40 000 dossiers par année


La mise en œuvre de toutes ces actions au cours des cinq dernières années représente des efforts considérables de la part de nombreuses personnes ayant à cœur d’offrir des services de qualité aux citoyens en traitant chaque année près de 40 000 dossiers.

Après cinq années d’activité, le Tribunal arrive à un tournant qui nécessite un changement de son identité visuelle. À compter de cette année, il adoptera une nouvelle image graphique qu’il déploiera graduellement sur ses outils de communication.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×