Nouvelle de 18 h Un dépassement téméraire et un phare défectueux en cause dans un accident...

Un dépassement téméraire et un phare défectueux en cause dans un accident mortel

Le coroner Me Jean-Pierre Chamberland estime qu’un dépassement téméraire d’un fardier de 53 pieds et un phare défectueux sont en cause dans la collision entre deux véhicules qui a causé le décès d’Isabelle Leblanc, 35 ans de Mont-Joli, le 10 janvier 2020 sur la route 132 à Baie-des-Sables.

Lors de l’accident, la victime est passagère avant d’un véhicule conduit par son conjoint. Elle porte sa ceinture de sécurité. Il est environ 19 h 30. Le véhicule circule sur la route 132 en direction Ouest à l’est du village de Baie-des-Sables et suit un camion fardier de 53 pieds. « Aux alentours du 200 route 132, le conducteur décide d’effectuer le dépassement du camion fardier. Mais, au même moment, un autre véhicule avance en sens inverse. Constatant qu’il n’a pas le temps de compléter le dépassement du fardier, le conducteur décide de se diriger vers l’accotement Sud de la voie inverse. Cependant, le véhicule venant en sens inverse a le même réflexe, de sorte que les deux véhicules convergent pour un face-à-face. La conductrice de l’autre véhicule tente à la dernière minute de se ramener dans sa voie, mais il y a un impact frontal des deux véhicules. Le véhicule de la victime est frappé à l’avant et sur le côté latéral droit. L’Impact est très fort du côté de Mme Leblanc », rapporte le coroner dans son rapport rendu public ce mercredi.



Un phare brûlé

Toujours selon le coroner, le conjoint de la victime déclare avoir vu une voiture qui s’en venait en sens inverse, mais qu’elle lui semblait très loin. Il estimait avoir le temps de dépasser le camion-fardier qui circulait à environ 90-100 km/h. « Le phare avant gauche de cette voiture était brûlé et c’est pour cela dit-il, qu’il a eu de la difficulté à estimer sa distance », ajoute Me Chamberland.


Le conducteur du fardier dit avoir remarqué que ce véhicule avait un phare brûlé et avoir craint que le conducteur du véhicule qui faisait le dépassement confonde la seule lumière de ce véhicule avec les petites lumières des entrées de cour.

Analyse du coroner



« Il appert dans les circonstances propres à ce dossier, que le conducteur du véhicule de la victime ne s’est pas assuré qu’il avait assez de temps pour compléter sans danger son dépassement et ce d’autant plus qu’il s’apprêtait à dépasser un camion-fardier de 53 pieds. Mais il n’avait pas l’espace nécessaire pour compléter le dépassement et revenir dans sa voie de droite devant le camion. Par ailleurs, le fait que le véhicule qui s’en venait en sens inverse avait un feu avant gauche brûlé a peut-être été un facteur contributif dans la mauvaise évaluation du conducteur sur la distance qui séparait son véhicule de celui en sens inverse lorsqu’il a entrepris son dépassement. Il s’agit d’un décès accidentel », conclut le coroner.



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×