Nouvelle de 18 h Le Québec a perdu 150 000 emplois en 2020

Le Québec a perdu 150 000 emplois en 2020

Les Bas-Saint-Laurent a un des meilleurs taux, la Gaspésie, le pire

Une nouvelle publication de la compagnie d’assurance HelloSafe montre l’impact de la pandémie sur les emplois et le chômage au Canada et plus particulièrement au Québec.

 Alors que la Gaspésie est durement affectée, le Bas-Saint-Laurent s’en tire bien.



« Le chômage a augmenté de près de 4% en même pas un an au Québec, ce qui représente plus de 150 000 emplois perdus. Le marché de l’emploi a été durement affecté par la pandémie de COVID-19 au Québec. De fait, la forte dégradation visible entre le deuxième et le troisième trimestre de 2020 s’explique par les mesures prises par le gouvernement durant cette période pour limiter la propagation du virus, mesures qui ont fortement ralenti l’économie canadienne », précise l’entreprise.

Second trimestre désastreux


Selon cette étude, le deuxième trimestre de 2020 est la période où l’on a enregistré la plus forte baisse du nombre d’emplois au Québec. Ce nombre est passé de 4 290 300 emplois au premier trimestre 2020 à 3 800 100 emplois au second trimestre de la même année.

Cela représente un total de 490 200 emplois perdus en seulement un seul trimestre. Cette perte constitue une baisse d’environ 11% du nombre total d’emplois d’un mois sur l’autre, un record pour le Québec.



« Nous pouvons cependant remarquer que le nombre d’emplois a recommencé à augmenter de manière spectaculaire au troisième trimestre 2020. Effectivement, celui-ci s’accroît de 10,57%, avec une création nette de 401 600 emplois durant le troisième trimestre 2020, signe d’une reprise forte de l’économie québécoise à ce moment-là », expliquent les auteurs de l’étude.

Régions


Plus de 150 000 emplois restent néanmoins perdus en comparaison avec le quatrième trimestre de 2019, soit un an plus tôt, à l’époque où la pandémie n’avait pas encore frappé.

La région Gaspésie-îles-de-la-Madeleine est celle au Québec où le chômage était le plus élevé en décembre 2020, avec un taux de 9,6%. À l’inverse, Chaudière-Appalaches était la région où le chômage était le plus faible en décembre 2020 avec un taux de 4,4%. Le Bas-Saint-Laurent se classe très bien, tout juste après Chaudière-Appalaches, avec un taux de chômage de 4,8%.

Grands centres

En ce qui concerne les principales agglomérations de la Belle Province, Montréal se classait parmi les villes où le chômage sévit le plus à la fin de l’année 2020, avec 8,8% de la population active sans emploi.

À l’inverse, la région de Capitale nationale avait plus que jamais le statut de grande ville canadienne où le chômage est le moins élevé, avec seulement 5,1% en décembre 2020.

Cependant, le Québec restait la province canadienne la moins touchée par le chômage à la fin de l’année 2020.

Consultez tous les chiffres dans la version complète de l’étude en cliquant ici.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×