Actualités Politique Biden hérite d’une dette qui a augmenté de 36%

Biden hérite d’une dette qui a augmenté de 36%

Les serpentins et les klaxons qui ont célébré l’élection de Joe Biden à la présidence des États-Unis en novembre font place à une dure réalité, pour le successeur de Donald Trump.

À son arrivée au pouvoir, le président Biden hérite donc d’une crise sanitaire, d’une crise économique comparée par certains à celle de 1929 ainsi que d’une gestion des finances publiques déficiente.



Une Note économique lancée aujourd’hui par l’Institut économique de Montréal dresse le portrait de la politique budgétaire du président Trump, sous la gouverne duquel la dette du gouvernement fédéral a gonflé de 36 %.

Pas soutenu par les recettes fiscales


« Si la présidence de Donald Trump a été marquée par un style et une attitude tout sauf conventionnel, on remarque tout de même que sa politique budgétaire aura beaucoup emprunté à ses prédécesseurs », résume Alexandre Massaux, chercheur associé à l’IEDM.

« Alors qu’il a pris la gouverne des États-Unis avec un déficit qui connaissait une trajectoire favorable, le président Trump a augmenté les dépenses à un rythme qui n’était pas soutenu par des recettes fiscales équivalentes. Effectivement, la taille du déficit a augmenté sous son administration », poursuit le chercheur.



« Il peut être difficile pour un président américain de contrôler les dépenses, puisque le Congrès a l’autorité pour imposer de grands pans de la politique budgétaire. Il ne fait aucun doute que l’augmentation des dépenses sous Trump a en partie été causée par les législateurs démocrates », poursuit Alexandre Massaux. « Or, le président Trump a eu l’occasion de donner le ton en début de mandat pour un retour à l’équilibre budgétaire, alors que le Parti républicain contrôlait le congrès, ce qu’il n’a manifestement pas fait », dénonce monsieur Massaux.

De qui devrait plutôt s’inspirer le président Biden?


« Le président Biden gagnerait à s’inspirer d’un autre démocrate, soit le président Clinton. Au cours des années Clinton, le ratio de la dette par rapport au PIB a baissé de 14 %, et il a eu le meilleur bilan des 40 dernières années. Malheureusement, le plan de relance du président Biden, estimé à 1,9 billion de dollars, laisse plutôt entrevoir une approche interventionniste », conclut monsieur Massaux.

La Note économique intitulée « Quel bilan en matière de gestion budgétaire pour la présidence Trump ? » est disponible sur ce site web.

(D’après CNW)


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×