Actualités Politique «Le harcèlement, c’est tolérance zéro» -le député Blanchette-Joncas

«Le harcèlement, c’est tolérance zéro» -le député Blanchette-Joncas

Le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques, Maxime Blanchette-Joncas, a plaidé et défendu les droits de tous les employés de tous les secteurs d’activités pour un climat de travail harmonieux, dans la foulée de la démission de la Gouverneure générale du Canada, Julie Payette, après un scandale concernant le climat de travail toxique à Rideau Hall.

 Lors de la plus réunion du Comité des Comptes publics des Communes, hier, le député Blanchette-Joncas a sérieusement remis en question les réponses du Service correctionnel du Canada et de l’Agence des services frontaliers aux réprimandes exprimées par le Bureau de la Vérificatrice générale concernant le climat de travail déficient prévalant dans ces organisations liées de près à la sécurité nationale.



« Les conclusions de la Vérificatrice générale étaient accablantes et les réponses molles des hauts fonctionnaires pour y remédier m’ont laissé sur mon appétit! En 2021, il est inconcevable que des employés subissent du harcèlement, quel qu’il soit, sur leur lieu de travail. Point à la ligne! », lance le député Blanchette-Joncas.

Pour Maxime Blanchette-Joncas, cet exercice nécessaire comporte aussi une mise en garde pour toutes les organisations : « Le droit à un climat de travail harmonieux et exempt de harcèlement ou d’intimidation dépasse la fonction publique. C’est fondamental pour tous! Je lance un appel à tous pour le respect! Patrons comme employés, le harcèlement c’est tolérance zéro! », renchérit le député de Rimouski-Neigette – Témiscouata – Les Basques.


Conclusions lamentables

Le Bureau de la Vérificatrice générale a mené plusieurs vérifications depuis des mois pour évaluer le climat de travail dans des organisations névralgiques de la fonction publique fédérale. Les conclusions étaient si lamentables qu’elles ont été relayées au Comité des Comptes publics pour en examiner plus à fond les tenants et les aboutissants.



Exemple néfaste

La crise à Rideau Hall, exemple néfaste plus que probant en matière de mauvaises relations de travail, démontre la justesse de l’intervention du député et de ses collègues pour ramener à l’ordre des hauts fonctionnaires tentés de dévier des règles de base de la saine administration.


« Ce qui m’a préoccupé relevait de l’administration publique fédérale. Mon message demeure cependant le même pour tout le monde, incluant les employeurs privés. Le harcèlement au travail, quel qu’il soit, c’est non », conclut Maxime Blanchette-Joncas.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×