COVID-19 Le premier ministre Legault dégonfle les attentes de la région

Le premier ministre Legault dégonfle les attentes de la région

Le premier ministre du Québec François Legault a rappelé, hier, que certains assouplissements seront annoncés la semaine prochaine, au-delà du 8 février, tout en mentionnant que la majeure partie des mesures vont toutefois rester en vigueur.

Il dégonfle ainsi les attentes exprimées par de nombreux intervenants de la région qui réclament un allègement majeur des mesures depuis la fin de semaine dernière.



« Depuis le début de la pandémie, le Québec a perdu beaucoup de monde, beaucoup trop tôt. On ne doit jamais oublier que, derrière les chiffres, il y a des personnes, des familles. C’est une bonne raison pour continuer nos efforts. C’est primordial pour protéger les personnes de 65 ans et plus, qui sont plus susceptibles d’attraper le virus et d’être hospitalisées en cas de complications », signale monsieur Legault.

En vue de la semaine de relâche qui approche, le premier ministre Legault a demandé aux familles de ne pas faire garder leurs enfants par les personnes de 65 ans et plus.


Nouveau variant : « Ce serait la catastrophe »

François Legault a réitéré sa demande au premier ministre du Canada, Justin Trudeau : il est urgent d’interdire les voyages non essentiels à l’international ou d’obliger une quarantaine dans un hôtel supervisé aux voyageurs qui reviennent.



Le nouveau variant du virus pourrait être « une catastrophe » s’il devait s’implanter massivement au Québec, a prévenu monsieur Legault.

« On doit être prudents avec le nouveau variant du virus, surtout celui qui vient du Royaume-Uni. Hier, le Royaume-Uni avait 37 000 hospitalisations liées à la COVID. C’est comme si, au Québec, on avait 4 600 hospitalisations liées à la COVID. Ce serait la catastrophe si ce variant du virus s’implantait au Québec. Il faut donc être très prudents avec les voyageurs », a mentionné le premier ministre.


Entente avec Medicom pour la fourniture de masques

Le premier ministre a tenu à souligner l’entente que le gouvernement a conclue avec l’entreprise Medicom, dont le siège social est à Montréal, pour la fourniture de masques. Medicom s’engage à fournir 20 millions de masques N95 et 66 millions de masques chirurgicaux de niveau 3.

Cet important contrat s’inscrit dans la volonté du gouvernement du Québec d’augmenter son autonomie d’approvisionnement en équipements essentiels pour faire face à la crise sanitaire actuelle.

« On se rappelle tous des inquiétudes du printemps dernier, notamment celle de manquer de masques. Cette entente est une bonne nouvelle, parce qu’elle va non seulement sécuriser nos achats d’équipements pour l’avenir, mais aussi créer des emplois payants au Québec », s’est réjouit François Legault.

Les engagements seront maintenus     

À l’approche de la session parlementaire, le premier ministre a tenu à mentionner que les engagements pris par le gouvernement du Québec seront respectés, malgré la pandémie qui sévit toujours. En éducation, il est toujours question d’agir tôt pour détecter les difficultés d’apprentissage et de moderniser les écoles. La construction des Maisons des aînés suit son cours afin d’accroître la qualité de vie des personnes âgées. Les travaux pour brancher tous les foyers à Internet haute vitesse se poursuivent et sont prioritaires.

Commémoration

Le premier ministre annonce qu’une journée de commémoration se tiendra le 11 mars prochain pour honorer la mémoire des personnes décédées en raison de la COVID-19, ainsi que pour soutenir les Québécois qui ont été affectés par la pandémie au cours des derniers mois. Pour le premier ministre, il est important de rendre hommage aux victimes directes et indirectes de cette pandémie, à l’approche du premier anniversaire de cette crise sanitaire, et d’offrir tous ensemble, comme nation, nos condoléances aux familles éprouvées.

« Depuis le début de la pandémie, le Québec a perdu beaucoup de monde, beaucoup trop tôt. On ne doit jamais oublier que, derrière les chiffres, il y a des personnes, des familles. C’est une bonne raison pour continuer nos efforts », a déclaré François Legault.

Les détails entourant cette cérémonie seront communiqués ultérieurement.

Un an

« Bientôt, ça fera un an que nous luttons, tous ensemble, contre la COVID-19. C’est pourquoi j’ai demandé que l’on tienne une journée de commémoration le 11 mars prochain. Nous prendrons le temps de penser à nos proches disparus, mais aussi à tous ceux et celles qui ont souffert en raison de la pandémie », a commenté monsieur Legault.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×