Nouvelle de 17 h Les Grandes Fêtes auront lieu coûte que coûte

Les Grandes Fêtes auront lieu coûte que coûte

Le grand manitou des Grandes Fêtes TELUS de Rimouski, Sébastien Noël, assure les Rimouskois et autres amateurs de grands événements qu’il y aura bel et bien une présentation à la hauteur de sa réputation, l’été prochain.

Monsieur Noël est enthousiaste malgré l’incertitude concernant les mesures sanitaires dues au coronavirus. Les Grandes Fêtes viennent de recevoir une subvention de 44 300 $ de la Ville de Rimouski pour l’appuyer dans ses démarches, somme qui sera versée si un l’événement a bien lieu.



« C’est une somme satisfaisante pour nous, dans le cadre du nouveau programme d’attribution des subventions de la Ville. On est satisfait. Il faut prendre aussi en considération que la Ville nous fournit des services importants : terrain, clôture, facilités qui ne sont pas à négliger. Étant donné les circonstances, c’est une aide très appréciée et vous pouvez ajouter que nous apprécions énormément la collaboration de la Ville de Rimouski et de son Service des loisirs, de la culture et de la vie communautaire, avec lequel nous travaillons main dans la main », déclare monsieur Noël.

Dates


Les dates sont arrêtées pour les 5 au 8 août, au parc Beauséjour de Rimouski, à moins de changement majeur, mais c’est la formule qui reste à définir. On se souviendra qu’en 2020, malgré la crise sanitaire, les Grandes Fêtes ont organisé un concert en formule ciné-parc avec 2Frères qui a connu beaucoup de succès, même si le grand événement habituel prévu n’a pas eu lieu.

Huit scénarios



« Nous avons un an d’expérience derrière la cravate concernant la pandémie. Nous étions à 48 heures près d’annoncer toute notre programmation quand nous avons annulé, l’an dernier. La seule chose qu’on pouvait faire, c’est le concert en formule ciné-parc qui a été présenté à Matane et à Rimouski. L’événement était gratuit grâce à nos commanditaires, alors on a demandé aux gens d’apporter des denrées pour les personnes démunies. Ça a été un succès, grâce à nos commanditaires et à nos partenaires », rappelle monsieur Noël.

« Nous avons huit scénarios sur la table pour cette année. Les huit dossiers ont chacun un numéro et à la seconde où le gouvernement va autoriser des rassemblements pour l’été prochain, on va utiliser le scénario approprié. Nos intentions pour l’instant sont bien de faire quatre soirs. Est-ce que ce seront quatre soirs à 250 personnes par soir? Si c’est ça, ce sera ça! Si c’est à 1 000 personnes qu’on a droit, ce seront des shows à 1 000 personnes par soir. »


Programmation internationale

« Les huit scénarios comprennent différentes programmations qui sont déjà pratiquement toutes conclues. On a parmi nos options de l’international américain, de l’international canadien, du Québécois, du local et on a tout en main. On attend. On est prêt. Dès qu’on aura le « go » de monsieur Legault. Ce qu’on demande au gouvernement, c’est que si la situation évolue, on sache à quoi s’en tenir en février ou début mars. Ça demande quand même du temps à tout préparer : on a des fournisseurs de services sur la brèche, à Québec, à Montréal et j’en ai d’autres qui ont « pété » à cause de la crise », poursuit Sébastien Noël.

« Il faut déposer des sous aux artistes retenus; il faut louer des scènes, on aura à installer des carreaux de plexiglas pour la distanciation à créer, ça nous demande beaucoup de temps et beaucoup de ressources. Il faut faire approuver notre dossier par la Ville et la Santé publique. Mais on a beaucoup appris de l’an dernier. Nos partenaires et nos commanditaires nous soutiennent à 100% et nous donnent la chance de voir venir. Il faut s’adapter », croit monsieur Noël.

En 2022

Selon ce dernier, il ne faut pas cependant penser à des Grandes Fêtes TELUS telles qu’on les a connues avant 2022.

« On veut avoir le feu vert le plus tôt possible. À partir de là, on va être créatif, à condition que les conditions ne changent pas en cours de route. Ce n’est pas la même organisation ni le même impact, si on parle du nombre de personnes qui pourront être rassemblées. Peu importe la direction que ça prend, qu’on nous donne un alignement », réclame Sébastien Noël.

« On s’entend : il n’y aura pas 20 000 personnes au parc Beauséjour cette année, c’est écrit dans le ciel : ça va aller à 2022, c’est certain. L’été prochain on aura peut-être la moitié des gens qui seront vaccinés. Les grands événements vont revenir », assure-t-il.

Possibilité de jumelage

Monsieur Noël est toujours associé à Sébastien Tremblay et aux compagnies Gestion Octogone et Prostaff comme promoteur de cet événement, en plus de nombreux partenaires, comme la firme G Communication et la Société de promotion économique de Rimouski.

Comme la même organisation planifie aussi Éole en musique à Matane, on envisage de jumeler les deux festivals. « C’est un des scénarios : un genre de double festival. Tels groupes de musique à Matane et tels groupes à Rimouski avec la possibilité de se procurer des laissez-passer pour les deux événements. »

Environ 150 000 $ distribués

Par ailleurs, puisqu’il est question d’activités socioculturelles, la Ville de Rimouski a versé hier près de 150 000 $ à six organisations, dont les Grandes Fêtes TELUS (44 300 $). Les autres sont, en chiffres arrondis: le Festi Jazz (34 900$), le Carrousel du film (27 600), le Salon du livre (10 700 $), les Concerts aux îles du Bic (14 000 $) et Riki-Fest (9 400 $).


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×