COVID-19 De nouvelles mesures de contrôle s’annoncent pour la Semaine de la relâche...

De nouvelles mesures de contrôle s’annoncent pour la Semaine de la relâche scolaire

Le premier ministre du Québec, François Legault, prévient qu’il envisage d’ajouter des mesures sanitaires pour la Semaine de la relâche scolaire qui aura lieu la semaine du 1er mars.

C’est ce qui ressort notamment de son point de presse présenté à 13 h aujourd’hui.



« Nous n’oublions pas la Semaine de la relâche scolaire qui s’en vient et nous vous en parlerons dans les prochains jours. Ce sera la semaine du 1er mars et nous avons des inquiétudes à ce sujet. Je répète aux parents que ce n’est pas le temps d’organiser des activités avec d’autres familles ni de faire garder les enfants par les grands-parents. Il se pourrait que nous ajoutions des mesures de contrôle additionnelles », a notamment expliqué monsieur Legault.

Un peu d’air


 « Je suis content de voir la réouverture des commerces et de voir les étudiants retourner graduellement dans leur collège ou leur université. C’est important. Ça donne un peu d’air. La situation continue de s’améliorer. On voit le nombre de cas, le nombre d’hospitalisations et le nombre de décès, les moyennes baissent depuis quelques semaines et ça veut dire que nos mesures fonctionnent. Quand on voit le nombre de décès et le nombre d’hospitalisations chez les 65 ans et plus, ça veut dire aussi qu’il y a moins de contacts », a indiqué le premier ministre.

« Le couvre-feu donne de bons résultats et on est heureux de voir la tendance positive. Mais il faut continuer d’être prudent. Je sais qu’il y a des régions qui ont hâte de passer au palier d’alerte orange. Nous allons vous revenir là-dessus la semaine prochaine. Je sais qu’il y a plein de gens qui ont hâte de retrouver leurs amis, avec des soupers et des « partys ». Je peux le comprendre, mais la pandémie est toujours là. On a passé il y a quelques jours le cap des 10 000 décès. C’est toute une catastrophe  », a déclaré monsieur Legault.



Crise terrible

« Le 11 mars, nous allons faire une grande commémoration de cette crise terrible. Je vois qu’on commence à tenter de nous comparer à d’autres. On aurait plus de décès, de la surmortalité. La première vague a été très difficile. On s’en tire mieux pour la deuxième vague. Quand on regarde le total des 11 derniers mois, toute proportion gardée, on s’en tire moins bien que dans les pays du G7. On s’en tire moins bien que le reste du Canada et l’Allemagne, mais on s’en tire mieux que les États-Unis, que la France et que l’Espagne. On n’est pas les meilleurs, mais on il va falloir qu’on en tire des leçons », a constaté François Legault.


La bataille

« À court terme, la bataille n’est pas finie. Avant de tomber dans les bilans, il faut poursuivre la bataille. On a toujours 940 patients hospitalisés pour la COVID. On est rendu à un délestage moyen de 27% (réduction moyenne des chirurgies dans les hôpitaux). On était à 34% la semaine dernière. La situation s’améliore, mais on reporte encore nos chirurgies. On ne réduit pas notre liste d’attente, on va plutôt l’augmenter », estime le premier ministre.

« On ne peut pas inventer des infirmières; on ne peut qu’accélérer les formations, mais il nous manque encore des infirmières. Je continue de demander aux Québécois de continuer d’être extrêmement prudent. Il faut rester à la maison autant que possible », croit le premier ministre Legault.

« Je veux faire une autre demande à nos concitoyens : il faut que les gens aillent se faire tester plus rapidement. Les gens attendent deux jours après l’apparition des symptômes pour se faire tester. C’est trop long. Dès que vous avez des symptômes, il faut aller passer le test. Les délais ne sont pas longs pour obtenir les résultats », a rappelé monsieur Legault.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×