Nouvelle de 17 h Des robots peuvent maintenant prévenir les difficultés scolaires

Des robots peuvent maintenant prévenir les difficultés scolaires

L’intelligence artificielle mise au service des collégiens: une première au Québec

Incroyable mais vrai : des êtres virtuels sont maintenant en mesure de prévoir qu’un étudiant de niveau collégial éprouvera des difficultés personnelles ou pédagogiques après avoir échangé avec lui.

Le Collège de Rimouski et le Cégep de Chicoutimi ont lancé conjointement ce matin ALI et ISA, deux outils innovants qui utilisent l’intelligence artificielle pour contribuer à la réussite et au soutien psychosocial de leur population étudiante. Les deux applications ont fait en parallèle l’objet de tests au cours des derniers mois qui ont permis leur amélioration.



Premières institutions d’enseignement supérieur du Québec à utiliser l’intelligence artificielle pour mieux soutenir leurs communautés étudiantes, le Cégep de Chicoutimi et le Collège de Rimouski ont étroitement travaillé avec la firme de développement technologique Optania, de Saguenay, pour développer ces deux outils qui seront prochainement mis en commun, créant ainsi une puissante plateforme d’accompagnement.

Sortir des sentiers battus


« Ce projet sort de nos sentiers battus et je remercie tous nos intervenants qui ont collaboré au développement d’ALI. Optania a pu élaborer ALI grâce à la collaboration d’une équipe clinique composée de psychologues, travailleurs psychosociaux et de sexologues. Les étudiants ont également participé activement à l’amélioration de l’application et à son raffinement. Comme ALI est un outil basé sur l’intelligence artificielle, il va se raffiner et son dialogue va devenir de plus en plus perspicace et de plus en plus efficace », a déclaré le directeur général du Cégep de Rimouski, François Dornier.

« Nous avons lancé le robot ALI conversationnel en novembre dernier. Les réactions des étudiants sont extrêmement positives. On en est tout à fait enchanté. Nous avons déjà des étudiants qui ont été orientés vers des services d’aide. ALI joue le rôle d’un intervenant qui échange, dans les corridors, avec les étudiants, sauf qu’il peut le faire sept jours sur sept, 365 jours par année. C’est un ajout dans l’équipe de soutien qui est fortement apprécié », ajoute monsieur Dornier.



Une machine qui dialogue!

« ALI ne fait pas d’intervention, mais il dialogue avec les étudiants. Il trouve dans ces échanges les éléments clés qui permettent de détecter des difficultés et les besoins de l’étudiant avec lequel il converse. Il constate s’il y a un besoin qui nécessite l’intervention d’un spécialiste. Les conversations entre l’étudiant et ALI demeurent confidentielles. C’est l’intelligence artificielle qui établit le sérieux de la situation et qui s’assure de nous signaler qu’un étudiant a besoin d’aide. Ce projet a démarré avant le déclenchement de la crise sanitaire et il a gagné en importance depuis le début de celle-ci », explique aussi monsieur Dornier.


Téléchargeable gratuitement sur un téléphone intelligent, l’application ALI offre de l’information pratique pour mieux vivre l’adaptation aux études collégiales, des trucs, des astuces et des ressources d’aide concernant divers enjeux psychosociaux, en plus de faciliter la référence vers les équipes d’intervention.

François Dornier (photo: capture d’écran)

Journée fabuleuse

« C’est une journée fabuleuse pour nous. C’est l’aboutissement d’une idée qui a émergé dans les bureaux d’Optania. On se demandait ce qu’on pouvait faire pour mieux accompagner la réussite de nos étudiants. ISA est l’interface de suivi académique qui va accompagner l’ensemble de nos étudiants tout au long de leur parcours. Une de ses particularités, c’est qu’on peut accompagner des étudiants dans leur réussite scolaire dès leur arrivée au collège. On utilise les données de son passage au secondaire et les autres données qu’on peut ajouter pour s’assurer que l’étudiant qui pourrait être en situation d’échec ou d’abandon soit rapidement pris en charge par les équipes pédagogiques du Collège », précise de son côté le directeur général du Cégep de Chicoutimi, André Gobeil.

Percée

« ISA vient soutenir le travail de nos équipes de professionnels et assure un meilleur suivi pour toute la communauté. Je crois que c’est une percée fort intéressante et unique dans le milieu de l’enseignement supérieur. Il n’y a rien de plus triste que de voir un étudiant qui commence un parcours académique et abandonne en cours de route. On veut vraiment s’assurer que les étudiants se rendent à la finalité, à l’obtention de son diplôme », indique-t-il également.

Pour développer ISA, Optania a bâti un algorithme à partir des données anonymisées des étudiantes et des étudiants ayant fréquenté le Cégep de Chicoutimi au cours des dix dernières années.

L’entreprise a ainsi été en mesure d’identifier les éléments prépondérants qui peuvent conduire à l’échec ou à l’abandon scolaire, permettant ainsi aux spécialistes du Cégep d’intervenir plus rapidement auprès des étudiantes et des étudiants de l’enseignement régulier et de la formation continue.

Après avoir peaufiné chaque application de leur côté, les deux collèges concernés auront bientôt accès chacun aux deux applications en même temps.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×