Actualités Environnement L’UQAR contribue à une grande recherche internationale sur les écosystèmes marins

L’UQAR contribue à une grande recherche internationale sur les écosystèmes marins

La Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins de l’Université du Québec à Rimouski a une nouvelle titulaire, la professeure Fanny Noisette, de l’Institut des sciences de la mer de Rimouski.

Cette chaire prestigieuse est associée à l’ISMER-UQAR depuis 2010. Une conférence de presse a eu lieu ce matin, à ce sujet. « L’expertise de l’UQAR en sciences de la mer est reconnue mondialement. Le renouvellement de la Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins témoigne de l’importance et de la qualité des travaux de recherche qui sont réalisés en sciences de la mer depuis des années », observe le recteur de l’UQAR, François Deschênes.



Le programme des chaires de l’UNESCO a été créé pour favoriser la collaboration et la mise en réseaux des universités afin de faciliter le partage des connaissances et les travaux de recherche en collaboration. On compte 170 chaires universitaires issues de ce programme aux quatre coins du monde.

Vent nouveau


« La venue d’une nouvelle titulaire de la Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins entraîne une réorientation de sa programmation de recherche vers l’Amérique du Sud et l’Afrique de l’Ouest. Plusieurs enjeux seront au cœur des travaux de la chaire, dont la préservation des écosystèmes marins et des services écosystémiques durables, la résilience face au changement et à la variabilité du climat de même que l’impact des activités anthropiques », précise l’UQAR.

« Les recherches s’intéresseront particulièrement aux systèmes côtiers en utilisant des approches interdisciplinaires. Nous souhaitons également développer nos partenariats avec les communautés autochtones afin de mieux prendre en considération les savoirs traditionnels dans nos recherches », souligne la titulaire de la chaire, la professeure Fanny Noisette.



La formation d’une relève scientifique possédant des outils théoriques et techniques leur permettant d’avoir une vision plus intégrée des écosystèmes marins sera l’un des volets importants de la chaire.

Équipe internationale


Une équipe de recherche internationale collaborera aux travaux de la chaire. Cette équipe multidisciplinaire regroupera des chercheuses et des chercheurs de l’ISMER, de l’UQAR, du Centre Austral des Recherches Scientifiques (CADIC-CONICET) de l’Argentine et de l’Université de la Magdalena de la Colombie.

Gestion et protection

« L’équipe dirigée par la professeure Noisette concentrera ses efforts sur le développement d’approches intersectorielles pour fournir aux décideuses et décideurs les outils pertinents à la gestion et à la protection des écosystèmes marins et des ressources naturelles. La mise en commun de diverses disciplines, comme l’océanographie et le développement régional, est essentielle pour dégager une vue d’ensemble dans un contexte de changements globaux et de bouleversements écologiques », mentionne le directeur de l’ISMER-UQAR, Guillaume St-Onge.

La conservation et l’exploitation durable des ressources marines ont été au cœur de la programmation de recherche de la Chaire UNESCO en analyse intégrée des systèmes marins. Première chaire en sciences de la mer au Canada reconnue par l’UNESCO, elle a été dirigée pendant dix ans par le professeur émérite Jean-Claude Brêthes, qui est parti à la retraite en 2020 à l’issue d’une carrière d’une quarantaine d’années.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×