Nouvelle de 18 h Un petit geste qui peut rapporter gros

Un petit geste qui peut rapporter gros

Saint-Eugène prend soin de ses motoneigistes visiteurs

Comment une petite municipalité de 400 habitants peut-elle continuer son petit bonhomme de chemin en toute indépendance sans se faire « avaler » par une voisine plus grosse dans le cadre d’une fusion municipale? En s’attardant aux détails qui en font un milieu de vie où une destination agréable.

C’est du moins l’exemple que souhaite prêcher la municipalité de Saint-Eugène-de-Ladrière, à l’extrémité Ouest de la MRC Rimouski-Neigette, au Sud de Saint-Fabien. Son initiative pour tenter de bien accueillir les motoneigistes peut sembler anodine : elle a fait installer une toilette avec chauffage près du dépanneur, mais le maire, Gilbert Pigeon, en est bien fier.



« Nous sommes situés le long de la route provinciale de motoneige numéro 5. Nous avons souhaité offrir un service complémentaire à celui du Club L’étang du Moulin. Celui-ci n’était pas censé ouvrir en début de saison à cause de la pandémie. On s’est dit qu’il fallait une place pour permettre aux motoneigistes de faire une « pause toilette ». Le dépanneur est petit et il ne peut pas accueillir plusieurs personnes en même temps. Il y a des contraintes en raison des mesures sanitaires. Le conseil municipal a donc décidé de louer une toilette chimique chauffée et isolée pour la présente saison », raconte monsieur Pigeon.

Ils reviennent


« Les gens semblent l’apprécier. Ça peut avoir anodin, mais le conseil municipal a décidé de payer la toilette et l’électricité pendant quatre mois. Ça ne peut pas nuire au dépanneur, où les gens viennent se ravitailler en essence. Par la suite, les gens, après, quand ils retournent chez eux, disent qu’ils ont été bien reçus à Saint-Eugène. Mieux encore, ça rejaillit aussi sur toute la région de Rimouski. Ils vont revenir et ils vont amener leurs amis. Il faut penser à être là maintenant, en pensant à l’avenir. Il faut avoir une vision à long terme », commente Gilbert Pigeon.

Gilbert Pigeon (Photo: courtoisie)

« C’est ça, aussi, le but d’un conseil municipal : c’est de penser à long terme. D’ailleurs, le vote a été unanime à ce sujet. Nous sommes près du sentier provincial. Dans une fin de semaine, il peut passer plus de 200 motoneigistes chez nous. Ça fait parfois la file pour se ravitailler en essence au dépanneur. Nous offrons un service complémentaire de celui du relais du Club de motoneige l’Étang du Moulin qui est ouvert trois jours par semaine », ajoute monsieur Pigeon.




Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×