Actualités Politique Un projet de loi pour faciliter le déroulement de l’élection générale municipale

Un projet de loi pour faciliter le déroulement de l’élection générale municipale

La ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, a déposé mercredi à l’Assemblée nationale le projet de loi 85 qui vise à faciliter le déroulement de l’élection générale municipale du 7 novembre prochain, dans le contexte de la pandémie.

Bien qu’il soit difficile de présumer de l’évolution de la pandémie, il pourrait être nécessaire d’adapter certaines règles électorales. Comme il s’agit d’un événement d’envergure nécessitant la réalisation de diverses procédures en amont de la période électorale, la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation souhaite que les présidents d’élection bénéficient d’une meilleure prévisibilité quant aux règles applicables.



Dans ce contexte, le projet de loi autoriserait le Directeur général des élections du Québec(DGEQ) à modifier par règlement des règles électorales prévues par la Loi sur les élections et les référendums dans les municipalités pour la prochaine élection. Le règlement serait pris par le DGEQ après consultation de la ministre des Affaires municipales et de l’Habitation et du ministre de la Santé et des Services sociaux. 

Des règles pourraient être modifiées


Le DGEQ pourrait adapter certaines règles applicables s’il constate qu’il est nécessaire d’agir rapidement et permettrait notamment d’établir les conditions et les modalités du vote par correspondance; de prévoir des jours de vote supplémentaires; de définir les fonctions des membres du personnel électoral et d’ajuster les conditions et les modalités applicables à toute déclaration de candidature.

« Il est essentiel d’assurer une bonne organisation et un bon déroulement de l’élection générale municipale du 7 novembre 2021. Lors de la période électorale, notre projet de loi 85 permettra de prévoir les mêmes mesures sanitaires que celles mises en place lors des différentes élections partielles qui ont eu lieu jusqu’à présent. C’est donc plus de prévisibilité et plus de flexibilité qui seraient accordées ponctuellement au DGEQ. Ainsi, les citoyens de toutes les régions pourront voter de façon sécuritaire. Par ailleurs, je tiens à saluer d’avance la créativité dont feront preuve les éventuelles candidates et les éventuels candidats dans le cadre de leur campagne électorale. La politique municipale joue un grand rôle dans notre quotidien et dans nos milieux de vie, alors je suis fière de déposer un projet de loi qui contribuera à favoriser la participation électorale et l’exercice du droit de vote », commente la ministre Laforest.



Accueil favorable de l’UMQ

L’Union des municipalités du Québec (UMQ) accueille favorablement le dépôt du projet de loi no 85. Pour l’UMQ, les orientations proposées par le gouvernement du Québec constituent des pistes intéressantes pour favoriser une participation élevée lors du prochain scrutin municipal, et ce, malgré la crise sanitaire.

« Le prochain rendez-vous électoral se tiendra toujours dans un contexte de pandémie. Alors que le taux de participation demeure un défi constant, il est fondamental que les citoyennes et les citoyens puissent exercer librement leur droit de vote dans un cadre sécuritaire. Les mesures proposées aujourd’hui vont dans le sens des demandes formulées par l’Union au cours des derniers mois. Lorsque le projet de loi sera adopté, le Directeur général des élections du Québec devra être agile et préciser rapidement les règles entourant le prochain scrutin municipal puisque les municipalités auront à les mettre en œuvre », commente la présidente de l’UMQ, Suzanne Roy.


1 100 municipalités en élection

Lors de la prochaine élection générale municipale, plus de 1 100 municipalités devront tenir des élections de manière simultanée. En 2017, cet exercice a impliqué environ 12 000 candidats et 8 000 élus.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×