Actualités Politique Virginie Proulx partie prenante d'une nouvelle coalition d'élus

Virginie Proulx partie prenante d’une nouvelle coalition d’élus

Des élu.e.s municipaux de toutes les régions du Québec ont lancé aujourd’hui la Coalition Cartes sur table afin de réclamer plus de transparence dans les municipalités.

La conseillère municipale du district du Bic, à Rimouski, Virginie Proulx, en fait partie. Elle vit un différend avec ses collègues qui a fait en sorte qu’elle est exclue des réunions du conseil municipal en comité plénier depuis le mois de mai. La maire de Sainte-Luce, Maïté Blanchette-Vézina, en fait aussi partie.



La Coalition Cartes sur table invite la population à rejoindre le mouvement pour réclamer des actions du gouvernement avant les prochaines élections municipales, via leur nouvelle page Facebook, leur site web et la publication d’une vidéo, où on y voit donc les élu.e.s Julie-Pascale Provost (Montréal – Lachine), Denis Girard (La Prairie), Chantal Crête (Lac Simon, Outaouais), Évelyne Beaudin (Sherbrooke), Maïté Blanchette-Vézina (Sainte-Luce), Loïc Blancquaert (Saint-Lambert) et Virginie Proulx (Rimouski), présentant certains enjeux liés au manque de transparence dans les conseils municipaux.

On invite aussi les élu.e.s à répondre à une enquête afin de documenter la question de la transparence dans les municipalités. 


À l’Assemblée nationale

Rappelons qu’en septembre 2020, les conseillères municipales Virginie Proulx de Rimouski et Évelyne Beaudin de Sherbrooke sont allées déposer une lettre à l’Assemblée nationale, cosignée par une cinquantaine d’autres élu.e.s, aux bureaux de la Ministre des affaires municipales et de l’habitation (MAMH) à Québec.



Mesdames Proulx et Beaudin demandaient entre autres l’application de la recommandation 51 de la Commission Charbonneau, qui commandait un meilleur encadrement des séances à huis clos des conseils municipaux du Québec. Suite à la publication de leur lettre dans les médias, d’autres élus ont rejoint le mouvement pour réclamer davantage de transparence dans l’exercice de la démocratie municipale.

La maire de Sainte-Luce, Maïté Blanchette Vézina. (Photo-Courtoisie)

Autonomie


« Les façons de faire actuelles ne répondent tout simplement plus aux responsabilités grandissantes des villes. Au cours des dernières années, nous avons assisté à une augmentation des pouvoirs assumés par les municipalités, mais cette autonomie doit aller de pair avec davantage de reddition de comptes envers les citoyennes et les citoyens, pour le maintien d’une vie démocratique saine », dit Virginie Proulx, co-porte-parole de la Coalition. 

Également co-porte-parole, la conseillère municipale de Sherbrooke Évelyne Beaudin ajoute : « Depuis notre première sortie publique, de nombreux élus nous ont contacté pour dénoncer des situations anti-démocratiques ayant cours dans leur municipalité. J’ai été sidérée par ce que j’ai entendu et étonnée de constater que les situations sont très similaires d’une municipalité à l’autre. Le gouvernement ne peut plus tolérer ces problèmes de gouvernance importants qui minent la vitalité démocratique de nos localités. Il doit agir dès maintenant ».

Message fort

La Coalition invite toutes les citoyennes et les citoyens du Québec à rejoindre le mouvement en signant le manifeste, pour envoyer un message fort au gouvernement, afin qu’il mette en place dès maintenant un processus visant à moderniser la gouvernance municipale et rendre les processus décisionnels plus transparents ».

Pour rejoindre le mouvement et signer le manifeste : 

www.cartessurtable.ca

www.facebook.com/coalitioncartessurtable


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×