Nouvelle de 17 h Une bulle très relevée pour l’Océanic

Une bulle très relevée pour l’Océanic

Six parties contre les Voltigeurs (3), l’Armada (2) et les Foreurs (1)

L’Océanic est de retour dans un environnement protégé au Colisée Financière Sun Life pour neuf jours à compter de samedi.  

La formation rimouskoise a d’abord rendez-vous avec les Voltigeurs de Drummondville, samedi et dimanche, à 14 h, une équipe qui est 9e au classement général avec une fiche de 12-8-2-0 et qui n’a perdu que trois de ses dix derniers matchs en temps régulier. Les deux autres adversaires de la bulle sont au premier et troisième rang du classement de la ligue. Voilà qui s’annonce difficile pour l’Océanic qui n’a que sept victoires en 27 rencontres.



« Ce sont de beaux tests et je m’attends à ce qu’on se présente pour compétitionner », a commenté Serge Beausoleil qui avait pas mal de jasette ce midi lors d’un point de presse téléphonique. Visiblement, il semblait s’être ennuyé des journalistes après une pause d’une dizaine de jours !

L’entraineur-chef n’a pas aimé la performance générale de sa troupe dans la précédente bulle, au Centre Vidéotron. Il s’attend à mieux à compter de samedi. « Je suis très déçu des résultats, on a joué de très bonnes périodes de hockey, mais il y a eu de mauvais buts accordés et de mauvaises couvertures. On a 20 joueurs qui ont le potentiel de revenir l’an prochain. Ce que je veux voir, ce sont des gars qui veulent apprendre, qui veulent jouer un rôle important et qui veulent s’améliorer », explique-t-il.  


Premier trio

Beausoleil a notamment des attentes élevées envers son premier trio, formé de Zachary Bolduc, Xavier Cormier et Adam Raska, qui n’offre pas la régularité souhaitée à ses yeux. « Ce sont nos trois meilleurs attaquants. Il y a des matchs où ils sont partout sur la patinoire. Ils doivent travailler ensemble pour trouver les moyens pour affronter le meilleur duo de défenseurs de l’adversaire. Raska est un joueur qui peut nous en donner plus. Cormier travaille bien, mais il doit profiter davantage de ses chances et Bolduc doit aller davantage au filet », dit-il.



Bolduc sait qu’il peut en donner plus. « Je me dois d’utiliser mes forces. Je dois être plus présent au filet. Les buts, ça se compte à dix pieds du filet », mentionne le no 15 qui a pleinement confiance dans son trio. 

« On a connu une bonne semaine de pratiques et on sera prêt pour la prochaine bulle. Comme trio, on peut faire de très bonnes choses, mais je pense qu’on n’a pas joué notre meilleur hockey à Québec. On peut être meilleur. On a une belle combinaison qui peut faire des flammèches.  Le défi pour tous les joueurs de hockey, c’est d’être constant. On a de beaux défis devant nous. »


Gardiens

Face à de coriaces adversaires, le travail des deux gardiens de l’Océanic sera très important. Creed Jones a connu des débuts modestes à son retour avec l’équipe au Centre Vidéotron. Serge Beausoleil trace un parallèle intéressant.

« On va prendre un exemple pas loin de chez nous, Montréal. La norme aujourd’hui dans la LNH, c’est de garder les buts avec une moyenne d’efficacité au-dessus de .900. Ça prend du 920, du 915, du 930 et tu t’établis comme gardien no 1. Carey (Price) n’est pas proche de ça. Qu’est-ce qui arrive avec le club ? Ils sont tout croches, ils perdent confiance. On est allé chercher Creed Jones parce qu’il avait connu de beaux moments chez nous. On aime énormément Raphaël Audet. Il a fait des progrès immenses, mais il n’a jamais mis ces chiffres-là sur la table. On continue de travailler avec lui. Malheureusement, Jones a été deux mois sans jouer. Il faut qu’il prenne les bouchées doubles aux entrainements pour retrouver son rythme. Mais, ça fait le plus grand bien à Audet. Il sent qu’il est challengé et il veut avoir le filet. Quand Raphaël a pris la relève dans le dernier match à Québec, il a été très bon. C’est ce à quoi je m’attends de nos gardiens. Ce n’est pas quelque chose qui m’inquiète, mais je m’attends à ce qu’ils jouent mieux. Ça va nous donner une chance de gagner si on corrige nos lacunes en désavantage numérique. Ça aussi, ça ressemble à ce qui se passe à Montréal », observe Beausoleil. 

Les moyennes d’efficacité de Jones et Audet sont, respectivement, de ,854 et ,888 cette saison avec l’Océanic. À titre de comparaison, la moyenne de Jones l’an dernier a été de ,934. 

L’entraineur-chef misera sur tout son personnel avec le retour en santé des défenseurs Philippe Casault et Anthony D’Amours. Il n’y a qu’un seul absent, le Russe Alexander Lazarev.    

Prochain environnement protégé

La LHJMQ a annoncé jeudi la composition des groupes ainsi que le calendrier du sixième événement qui se déroulera du 19 au 25 mars. L’Océanic sera à Victoriaville pour y affronter les Tigres à deux reprises ainsi que les Cataractes, aussi à deux occasions. 


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×