Nouvelle de 19 h Manque d’avocats spécialisés en violence conjugale

Manque d’avocats spécialisés en violence conjugale

Pendant que le phénomène de la violence conjugale est amplifié par la pandémie et les mesures sanitaires qui s’y raccrochent, Juripop note un manque d’avocats spécialisés dans ce domaine, particulièrement dans les régions éloignées où le retrouve le plus grand nombre d’infractions par 100 000 habitants.

La situation s’est amplifiée au cours des derniers jours alors que deux femmes ont été victimes de meurtre au Québec, si bien que le premier ministre de la province, François Legault, a débuté son point de presse de mercredi sur la pandémie en souhaitant s’adresser aux hommes. « Ça n’a pas de bon sens. J’ai le goût de parler aux hommes. Il n’y a rien de viril â être violent avec des femmes ou des enfants. Nous ne sommes pas des barbares. Les femmes et les enfants ont le droit de vivre dans un milieu sécuritaire », clame-t-il.



Selon Juripop, un organisme dispensant des services à coûts moindres, l’accès à des avocats « spécialisés » pour les victimes de violence conjugale est plus important que jamais partout au Québec alors les taux régionaux d’infractions contre la personne commises dans un contexte conjugal ne cessent d’augmenter.

« Cette problématique d’accès fait en sorte que plusieurs victimes de violence conjugale doivent faire plusieurs heures de route afin d’avoir accès à un avocat spécialisé ou encore elles devront faire les consultations par téléphone, avec un avocat des grands centres », indique Me Justine Fortin, avocate chez Juripop.


Une moyenne de 268 infractions par 100 000 habitants

Juripop signale que la moyenne québécoise est de 268 infractions en matière de violence conjugale par 100 000 habitants et que c’est sur la Côte-Nord que le taux est le plus élevé avec 590 infractions par 100 000 habitants. Le Bas-Saint-Laurent fait assez bonne figure avec 221 infractions par 100 000 habitants. L’Estrie présente le plus faible taux avec 171, à l’opposé la Côte-Nord est suivie par l’Abitibi (409) et l’Outaouais (351).



RégionTaux d’infractions par 100 000 habitants
Côte-Nord590,2
Abitibi-Témiscamingue409,3
Outaouais351,8
Laval332,5
Laurentides311,2
Lanaudière299,5
Montréal274
Capitale-Nationale259,2
Saguenay-Lac-Saint-Jean250,2
Bas-St-Laurent221,8
Estrie171,4
Ensemble du Québec268,8

Source : Ministère de la Sécurité publique, données du Programme DUC 2.2

Améliorer l’accès à un avocat


Après avoir demandé quels sont les besoins juridiques des personnes victimes de violence conjugale à une cinquantaine d’organismes rencontrés au courant des neuf derniers mois par Juripop, les organismes ont répondu unanimement qu’il fallait améliorer l’accès aux avocats, mais aussi que ces derniers devaient recevoir des formations adaptées aux réalités de la violence conjugale.

C’est pourquoi Juripop lance une formation spécialisée pour les avocats en violence conjugale.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×