Nouvelle de 18 h Un quart de million$ distribué pour contrer la pandémie et il en...

Un quart de million$ distribué pour contrer la pandémie et il en faudra autant d’ici un an

Dans le soutien à l'action bénévole à Rimouski

Le député de Rimouski à l’Assemblée nationale, Harold LeBel, croit que les impacts de la pandémie de coronavirus sur les services sociaux et communautaires de la région pourraient se faire ressentir pendant encore un an.

On peut même penser qu’il y en aura toujours au-delà du moment où la situation sanitaire serait rétablie.



Le bureau du député confirmait un peu plus tôt aujourd’hui qu’il a achevé la distribution de l’aide financière de 242 820 $ aux organismes de la circonscription, soit la totalité de l’enveloppe budgétaire provenant du programme de Soutien à l’action bénévole pour 2020-2021. Le gouvernement a triplé le budget mis à la disposition de la circonscription en raison de l’état d’urgence sanitaire. 

Cette enveloppe discrétionnaire a permis de répondre à plus de 130 demandes financières d’organismes œuvrant notamment dans les domaines de la lutte à la pauvreté, des services alimentaires, de la santé, de la culture, des services aux aînés, de la famille, de l’éducation et de l’immigration. Certains de ces projets s’étalent sur plusieurs mois, mais on n’entrevoit pas une diminution des besoins à court terme.


Revenir à la charge

À l’approche du prochain budget provincial en avril, monsieur LeBel précise dans une entrevue avec le journal le soir que si les intentions de Québec sont de ramener les sommes du programme à leur niveau précédent, il s’interposera.



« J’ai une crainte, c’est qu’on veuille ramener ce budget aux quelque 80 000 $ qu’il était dans les prochaines prévisions budgétaires. Ce que je veux dire au gouvernement, c’est que la pandémie n’est pas finie. Il y a encore des besoins et les groupes communautaires ont encore des besoins. Je m’attends donc à ce qu’on puisse avoir la même enveloppe, encore cette année », fait valoir le député LeBel, qui reconnaît par ailleurs que l’aide financière supplémentaire a rendu de fiers services à sa communauté.

« Quand on dispose des sommes rapidement, ça fait une grande différence, ça aide beaucoup. Je me souviens avoir entendu monsieur Legault dire qu’il ajoutait du budget dans le soutien à l’action bénévole parce que c’est le député qui est le plus à même de décider rapidement quels sont les besoins de son comté. Pour lutter contre les effets de la pandémie, il faut reconnaître que ce fut un bon réflexe de monsieur Legault », lance monsieur LeBel.


Pour un an

« On va s’en sortir, mais je pense qu’on en a encore pour un an en ce qui a trait aux besoins sociocommunautaires. Sur le plan de la santé mentale, ce sera super important de continuer à investir pour donner des outils à nos groupes. Je crois d’ailleurs que la crise nous a permis d’apprécier toute l’importance de nos groupes communautaires. Quand on veut réagir rapidement à une situation de crise, vaut mieux être tout près de ceux qui ont des besoins et les groupes communautaires sont près de leur monde. Il faut maintenant continuer. Ce que j’espère, c’est qu’on va pouvoir compter sur un autre bon budget encore cette année », souligne le député.

Harold LeBel (Photo: Facebook-Harold LeBel député)

Soucis

« Les situations de découragement, de solitude, de détresse psychologique ou de soucis financiers ont atteint beaucoup de nos concitoyennes et concitoyens. Ma contribution a sûrement aidé, mais c’est surtout l’engagement de nos groupes et intervenants sociaux, culturels ou économiques que je considère exceptionnel cette année, qui a fait la différence. Je les en remercie infiniment », conclut Harold LeBel.

Le programme Soutien à l’action bénévole permet aux organismes à but non lucratif d’obtenir un appui financier de leur député pour la réalisation de projet ou pour combler les besoins de leur communauté dans les secteurs de la culture, du loisir, du sport ou de l’action communautaire.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×