Actualités Société Ceci n’est pas un poisson d’avril !

Ceci n’est pas un poisson d’avril !

Au Québec, une personne sur dix ne couvre pas ses besoins de base

Une coalition d’organismes communautaires du Bas-Saint-Laurent se joint ce matin à des dizaines de groupes partout au Québec pour lancer ce message au gouvernement du Québec : « Ce n’est pas un poisson d’avril. Au Québec, une personne sur dix ne couvre pas ses besoins de base. »

Partout dans la région, des dizaines de bannières et affiches portant ce message ont été installées.



« Nous trouvions important de participer à cette action de visibilité du Collectif pour un Québec sans pauvreté, car le budget déposé la semaine dernière par le gouvernement du Québec nous a confirmé que la réalité des personnes en situation de pauvreté est le dernier de ses soucis, explique Michel Dubé, délégué de la région au Collectif pour un Québec sans pauvreté et coordonnateur d’Action Populaire Rimouski-Neigette.

 « Il est inconcevable que le gouvernement abandonne les quelque 800 000 personnes qui n’arrivent pas à couvrir leurs besoins de base, d’autant plus qu’elles ont été durement frappées par la crise sanitaire. Nous réclamons que la couverture des besoins de base soit considérée comme un minimum pour tout le monde au Québec. »


Plus de 6 000 personnes dans Rimouski-Neigette

Selon monsieur Dubé, la pauvreté est bien présente dans la région. Dans Rimouski-Neigette, ce sont plus de 6000 personnes qui sont en situation de pauvreté. Pour toutes ces personnes se nourrir, se déplacer, se vêtir convenablement est extrêmement difficile, elles doivent se débrouiller avec très peu de moyens. À ces difficultés s’est ajouté par la pandémie le besoin d’acquérir du matériel sanitaire.



Les intervenants du Transit, à Rimouski, participent à cette campagne.

Crise du logement

Guy Labonté, du Comité logement Rimouski-Neigette, souligne que le Québec vit une véritable crise du logement et Rimouski n’y échappe pas. Le taux d’inoccupation étant de 0,9% présentement. Cette situation entraîne toutes sortes de difficultés pour les locataires.


En ce 1er avril, la porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté, Virginie Larivière, tient à faire cette mise en garde au gouvernement : « Il ne suffit pas d’ignorer la pauvreté pour la faire disparaître. Toutes ces personnes qui voient leurs conditions de vie se détériorer par votre faute en ont assez. Heureusement, partout au Québec, des gens et des organisations sont prêts à se mobiliser aux côtés des personnes en situation de pauvreté pour faire avancer leur cause. Et cette mobilisation augmentera tant que durera votre indifférence. Que tout le monde au Québec puisse couvrir ses besoins de base, il s’agit là d’un gros minimum. »

Résumé de l’action

Dans l’ensemble du Québec, une cinquantaine d’organisations ont installé 65 bannières et des centaines d’affiches dans une trentaine de villes et municipalités des régions du Bas-Saint-Laurent, du Saguenay-Lac-Saint-Jean, de la Capitale-Nationale, de l’Estrie, de Montréal, de l’Abitibi-Témiscamingue, de la Côte-Nord, de Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, de Chaudière-Appalaches, des Laurentides, de la Montérégie et du Centre-du-Québec.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×