Nouvelle de 18 h Les producteurs forestiers veulent un meilleur prix pour leur bois de sciage...

Les producteurs forestiers veulent un meilleur prix pour leur bois de sciage résineux

Les groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent s’unissent pour rechercher la meilleure solution afin que les producteurs forestiers de la région obtiennent un meilleur prix pour leur bois de sciage résineux.

Les consommateurs ont vu au cours des derniers mois une hausse importante des prix des matériaux de construction reliée à la demande accrue pour ces matériaux. Or, les producteurs forestiers privés n’ont pas bénéficié de cette flambée des prix, le prix obtenu pour leur bois de sciage résineux étant demeuré pratiquement le même.



Le même prix qu’en 2005

« Nous sommes payés le même prix qu’en 2005 pour nos bois de sciage résineux alors que les prix du bois d’oeuvre sont près du double de cette époque. De plus, il faut considérer qu’il y a eu de l’inflation depuis ce temps. Les producteurs forestiers ne reçoivent donc pas un prix équitable pour leur bois de sciage résineux. C’est pour cette raison que les groupements forestiers s’unissent pour trouver la meilleure solution pour corriger cette problématique » déclare Pierre Sirois, président de la Fédération des groupements forestiers du Bas-Saint-Laurent.


Des inquiétudes sur la mise en marché des bois de la forêt privée

Le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs a récemment informé les intervenants régionaux qu’un volume de 200 000 mètres cubes de résineux, en surplus de la possibilité forestière, serait disponible dans la forêt publique bas-laurentienne afin de récupérer les forêts dévastées par la tordeuse des bourgeons de l’épinette. « On craint que cela amène une baisse de la demande pour les bois de forêt privée et que cela ait une incidence sur le prix payé aux producteurs », indique Pierre Sirois.



L’application du principe de résidualité, une des solutions

La loi sur l’aménagement durable du territoire forestier prévoit que l’industrie de la transformation doit d’abord s’approvisionner en forêt privée et compléter son approvisionnement en forêt publique. Or, c’est plutôt l’inverse qui se produit dans la réalité, l’industrie complétant son approvisionnement avec le bois des forêts privées. Cela n’est pas de nature à favoriser l’obtention d’un prix juste pour les producteurs privés. L’application de cet article de loi par le gouvernement est une des solutions proposées par les groupements forestiers.



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×