Actualités Les agents de services correctionnels accentuent les moyens de pression

Les agents de services correctionnels accentuent les moyens de pression

Les agents de services correctionnels ont manifesté devant les établissements de détention de Rivière-des-Prairies et de Rimouski ce matin pour exprimer leur frustration envers l’attitude du gouvernement à la table de négociation.

« Le gouvernement est complètement déconnecté de la réalité, déplore Mathieu Lavoie, président du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec (SAPSCQ–CSN). On est aux prises avec de graves problèmes d’attraction et de rétention de main-d’œuvre depuis plusieurs années, mais l’employeur continue de jouer à l’autruche. Il préfère continuer de payer des heures supplémentaires ad vitam aeternam plutôt que de nous offrir des conditions qui nous permettraient d’attirer et de retenir les effectifs dont nous avons besoin. »



La CSN rappelle qu’alors que les offres patronales demeurent sensiblement inchangées depuis plus d’un an, on compte maintenant plus de 400 postes vacants au sein des services correctionnels québécois.

Campé sur ses positions


« Ça fait un an que le gouvernement reste campé sur ses positions et qu’il ne démontre aucune volonté de faire avancer les négociations, s’insurge monsieur Lavoie. Comment espère-t-il réussir à attirer et à retenir la main-d’œuvre dont il a besoin, s’il ne propose absolument rien pour faire un rattrapage et faire concurrence aux autres métiers qui recrutent dans le même bassin de main-d’œuvre? »

Moyens de pression



Dans l’espoir d’accélérer le progrès des négociations, le syndicat a décidé d’accentuer les moyens de pression. Ainsi, une autre manifestation semblable avait eu lieu hier à Trois-Rivières. De plus, les agentes et agents porteront désormais une casquette à l’effigie de la négociation dans l’exercice de leurs fonctions.

« En public, le gouvernement dit vouloir régler au plus vite, mais arrivé aux tables de négociations, il se traîne les pieds, affirme la présidente de la Fédération des employées et employés de services publics (FEESP–CSN), Nathalie Arguin. Il est temps qu’il fasse des offres sérieuses et qu’il reconnaisse le travail des agentes et agents de la paix qui maintiennent le réseau correctionnel du Québec à bout de bras. » 



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×