Nouvelle de 17 h Le maire et le préfet exigent un retour de la MRC Rimouski-Neigette...

Le maire et le préfet exigent un retour de la MRC Rimouski-Neigette au palier orange dès maintenant

Le maire de Rimouski, Marc Parent, et le préfet de la MRC Rimouski-Neigette, Francis Saint-Pierre, se font insistants auprès du gouvernement du Québec au sujet des mesures sanitaires contre la contagion de la COVID-19, qu’ils souhaitent voir être allégées le plus rapidement possible, à l’approche de la saison touristique.

Ils demandent une nouvelle fois, également, que le gouvernement accepte le principe de la partition dans l’évaluation du degré d’urgence sanitaire de chaque MRC du Bas-Saint-Laurent. Rimouski-Neigette était en rouge « léger » aujourd’hui, dans le code de couleurs du palier d’alerte contre la propagation du coronavirus.



Leur message risque d’avoir une certaine portée, car on peut s’attendre à un point de presse des autorités provinciales demain, comme c’est l’habitude du premier ministre Legault et du ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Monsieur Parent a rédigé une publication à ce sujet sur sa page Facebook, ce midi.


« La semaine dernière, le gouvernement Legault annonçait son plan de déconfinement. Honnêtement; je crois qu’il s’agit là d’un excellent plan. Cela dit, il y a un os et cet os est le fait que le gouvernement et la Santé publique refusent de prendre en considération la réalité de notre région qui est le jour et la nuit lorsqu’on parle de l’Est vs l’Ouest », écrit le maire de Rimouski, qui souhaite une relance économique rapide, notamment pour les restaurateurs.

« Je suis heureux de constater que la situation des quatre (4) MRC de l’Ouest s’est grandement améliorée dans les derniers jours. Il n’en demeure pas moins qu’en date d’aujourd’hui, ces quatre MRC ont un taux combiné de 222 cas / 100 000 habitants alors que le taux combiné des quatre MRC de l’Est (incluant Rimouski) qui représente près de 60% de la population est de 18 cas / 100 000 », constate le maire.



Orange ou jaune

« Il est absolument inacceptable que le gouvernement et la Santé publique refusent d’implanter le principe « une région – deux couleurs ». Avec ses 18 cas / 100 000, l’Est du BSL a un taux de cas actifs bien en deçà de la très grande majorité des régions du Québec, dont plusieurs d’entre elles sont présentement en zone orange et même jaune », argumente encore monsieur Parent.


« Il est grand temps de permettre à nos restaurateurs de rouvrir. Attendre que tout le Bas-Saint-Laurent atteigne le niveau requis pour basculer au palier orange crée un tort irréparable à notre industrie de la restauration et pénalise indûment notre population. Le gouvernement doit annoncer dès cette semaine le passage de l’Est du BSL au palier orange ou même jaune », croit le maire Parent.

Le préfet de Rimouski-Neigette, Francis Saint-Pierre, et le maire de Rimouski, Marc Parent. (Photo: photomontage)

Attendre au négatif?

Le préfet de la MRC Rimouski-Neigette, Francis Saint-Pierre, s’impatiente, lui aussi.

« Je me demande ce qu’il faudra au gouvernement pour comprendre où en est la MRC Rimouski-Neigette dans sa lutte à la contagion et pour comprendre qu’avec le temps, nous avons démontré notre capacité à nous mobiliser en ce sens. La semaine dernière, nous avons eu deux journées sans cas et une avec un seul cas. Faudra-t-il en arriver à avoir une statistique négative dans le bilan du jour pour que Rimouski-Neigette change de palier de couleur? », fait-il valoir.

Désobéissance

Le journal le soir a interrogé monsieur Saint-Pierre alors qu’il se préparait à une réunion en visioconférence avec le Centre intégré de Santé et de Services sociaux (CISSS) et la Santé publique, en milieu d’après-midi. Il se proposait de faire valoir que plusieurs facteurs militent en faveur du changement de palier d’alerte. On peut s’attendre à ce que d’autres élus réagissent dans les prochaines heures.

« Le pourcentage de vaccination est rendu en haut de 50%. Je pense qu’au stade où on en est, on n’a plus le choix : il faut absolument qu’il se passe quelque chose, sinon on va être pris pour gérer la désobéissance. Un moment donné, on devient à court d’arguments pour convaincre les citoyens que c’est une bonne chose d’être au palier d’alerte rouge. On est vacciné et l’été prochain, on sait qu’on est capable de bien passer au travers en tout respect des consignes sanitaires, comme on l’a fait l’été dernier. Et l’on a eu un bel été. Cette année, les pourcentages de personnes vaccinées et de personnes vaccinées une seconde fois vont augmenter. »

« J’ai toujours milité en faveur des mesures sanitaires, mais aujourd’hui, je ne peux pas dire que ça doit continuer comme ça », tranche-t-il.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×