Actualités Faits divers Les policiers veulent conscientiser les conducteurs aux risques de la vitesse

Les policiers veulent conscientiser les conducteurs aux risques de la vitesse

Les services de police du Québec, en collaboration avec la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ), s’unissent afin de sensibiliser et conscientiser les conducteurs aux risques liés à la vitesse pour l’ensemble des usagers du réseau routier.

 C’est dans le cadre de l’opération nationale concertée (ONC) VITESSE, qui se tiendra du 11 au 17 juin prochains, que les policiers interviendront de façon intensive auprès des conducteurs qui contreviennent au Code de la sécurité routière. La conduite imprudente et la vitesse seront particulièrement ciblées.



L’achalandage réduit, en raison de la pandémie, a contribué à l’adoption de comportements à risque pour certains conducteurs et une surreprésentation de la vitesse dans les collisions graves et mortelles a été constatée sur l’ensemble du réseau routier québécois au cours de la dernière année. Par ailleurs, dans le cadre du déconfinement progressif, une augmentation importante de l’achalandage sur le réseau routier est à prévoir. Les différents types d’usagers, dont les piétons, les cyclistes et les motocyclistes seront de retour. De plus, la reprise des activités de l’industrie de la construction signifie qu’il y aura une présence accrue de travailleurs et de signaleurs aux abords des chantiers. Dans ce contexte, le respect des limites de vitesse est primordial pour assurer la sécurité de tous les usagers de la route.

Je ralentis. Je sauve des vies.


La vitesse est l’une des principales causes de collisions sur la route au Québec. Selon certaines études, une diminution de la vitesse moyenne de circulation de 5 km/h permettrait de réduire annuellement de 15 % le nombre de collisions.

« Si chaque conducteur réduisait sa vitesse moyenne, on diminuerait considérablement le nombre de blessures et de décès sur les routes du Québec chaque année :10 décès en moins pour une réduction de 1 km/h, 50 décès en moins pour une réduction de 5 km/h et 100 décès en moins pour une réduction de 10 km/h », mentionne-t-on dans un communiqué en précisant que ces données  sont basées sur un total de  340 décès (bilan 2020).



Responsabiliser les conducteurs

Dans cette optique, le déploiement de l’opération Vitesse se fera encore cette année sur le thème « Je ralentis. Je sauve des vies ». L’angle choisi vise à responsabiliser les conducteurs et à leur rappeler qu’ils peuvent faire une différence et contribuer à l’amélioration du bilan routier en ralentissant. Ils font toutes et tous partie de la solution et ont le pouvoir de sauver des vies !


Dans le cadre du plan d’action Vitesse de sa Stratégie de prévention en sécurité routière 2021-2023, la SAAQ s’attardera également aux petits excès de vitesse afin de débanaliser ces derniers. L’objectif étant de faire en sorte qu’il ne soit plus normal de rouler au-dessus des limites de vitesse permises. Les campagnes de sensibilisation que fera la SAAQ iront également dans le même sens et viseront à valoriser le fait de prendre son temps sur les routes.

Les quadistes sont aussi ciblés

À l’approche de la période estivale, la SQ désire rappeler les lois et règlements en vigueur aux utilisateurs de véhicules hors route, et ce afin de prévenir les collisions avec blessés graves, voire mortelles.

« La tentation est grande pour les jeunes d’utiliser ce type de véhicules récréatifs, qui bien souvent, fait partie du quotidien familial. Prêter son véhicule à des invités fait aussi parti des scénarios communs. Cependant afin d’éviter les pires scénarios, il est important de connaître ses obligations autant en tant que parents, qu’en tant qu’utilisateurs », précise le sergent de la SQ, Claude Doiron.

Circulation interdite sur les chemins publics

Il est interdit de circuler sur les chemins publics, sauf dans de rares exceptions prévues par la loi. Le conducteur d’un véhicule hors route peut traverser un chemin public ou y circuler seulement s’il est détenteur d’un permis de conduire et qu’une signalisation routière permet de le faire.

Les conducteurs qui circulent sur les chemins publics hors du cadre de ces exceptions s’exposent à une amende de 350 $.

Circulation interdite sur les propriétés privées

Rappelons que la Loi sur les véhicules hors route prévoit que les utilisateurs de ces véhicules ne peuvent circuler sur des propriétés privées sans autorisation préalable des propriétaires.

De plus, l’utilisation des terrains privés à des fins récréatives génère parfois des plaintes de bruits et nuit à la quiétude du voisinage.

La Sûreté du Québec demande aux amateurs de véhicules hors route de ne pas circuler sur les propriétés privées sans autorisation, sans quoi ils s’exposent à une amende de 350 $.

Utilisation par une personne de moins de 16 ans

Une personne de moins de16 ans ne peut circuler sur un sentier, une route, une terre publique ou sur une terre privée appartenant à une municipalité.

Elle a le droit de circuler, sans la surveillance d’un adulte, sur le terrain privé familial. Cependant, à tout autre endroit, par exemple, une terre agricole appartenant à une tierce personne, qui en donne l’autorisation, celui-ci doit obligatoirement avoir l’autorisation d’un parent et être accompagné par une personne majeure autorisée à conduire un véhicule hors route et circulant à une distance permettant de lui porter rapidement secours en cas d’accident ou de difficulté.

Le mineur ainsi que l’adulte qui permet ou tolère la situation sont passibles d’une amende de 450 $.

Véhicule jouet

Les véhicules hors route de type jouet, dont l’usage est destiné par leur fabricant à des personnes de moins de 16 ans, sont autorisés à circuler exclusivement sur une terre privée, ailleurs que sur un sentier, avec l’autorisation de son propriétaire.

Soulignons également que le Code criminel s’applique également en matière de conduite de véhicule hors route. Les policiers poursuivront donc les opérations de surveillance en matière de récréotouristiques et leurs interventions en matière d’infractions reliées à des comportements représentant un risque pour la sécurité, telles que la conduite dangereuse et la conduite avec la capacité affaiblie par l’alcool et/ou la drogue.

Pour plus d’information et pour connaître les endroits où il est possible de circuler en véhicule hors route, la Sûreté du Québec invite le public à visiter le site Internet de la Fédération québécoise des clubs quads (FQCQ) au www.fqcq.qc.ca ou sur le site de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) au www.saaq.gouv.qc.ca.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×