Actualités Politique Le projet des Espaces bleus oublie les musées existants

Le projet des Espaces bleus oublie les musées existants

Le député de Matane-Matapédia, chef parlementaire et porte-parole du Parti Québécois en matière de culture, Pascal Bérubé, estime que le gouvernement semble oublier les musées existants dans son projet des Espaces bleus.

Le député de Matane-Matapédia souligne que des centaines de musées, situés dans toutes les régions du Québec, peinent à réaliser leur mission, faute de financement adéquat. Il propose au premier ministre, qui a visiblement le projet des Espaces bleus à cœur, d’aller visiter quelques-unes des institutions muséales du Québec et de discuter avec leurs responsables.



« Ces institutions ne sont pas soutenues au fonctionnement. Elles travaillent d’arrache-pied pour boucler leur budget, ce qui ne les empêche pas de présenter des contenus de très grande qualité. Plusieurs d’entre elles sont d’ailleurs ancrées dans leur localité et mettent en valeur leurs traditions, leur patrimoine, leurs personnages marquants et leurs hauts faits. Ce sont déjà des espaces de diffusion qui distillent la fierté. Pourquoi le premier ministre ne commence-t-il pas par les soutenir convenablement? Est-ce qu’on va créer une compétition? », se questionne Pascal Bérubé, inquiet de la façon dont la mission des Espaces bleus va s’intégrer à l’offre existante.

La Société des musées prise par surprise


Par ailleurs, la réaction de la Société des musées du Québec démontre qu’elle a été prise par surprise par l’annonce des Espaces bleus. « Personne ne semble avoir été consulté dans le réseau. Personne ne semble avoir pu s’exprimer quant à la difficulté de recruter des travailleurs culturels qualifiés, de se faire entendre par le ministère de la Culture et des Communications, de se démarquer avec des budgets publicitaires anémiques », a ajouté le député. Pour le Parti Québécois, a-t-il en outre souligné, consacrer 30 % du budget total du ministère de la Culture à la création de 17 nouvelles institutions relève d’une méconnaissance totale de la réalité sur le terrain et d’un grave manque de reconnaissance envers les équipes qui portent déjà fièrement la culture québécoise à bout de bras.

Pascal Bérubé a aussi identifié plusieurs zones d’ombre laissées par l’annonce gouvernementale, et il demande à la CAQ de les éclaircir. « Est-ce que les 17 sites sont déjà identifiés? Si oui, quels sont-ils? Selon quels critères? Sinon, est-ce possible de soumettre un projet? Comment? » Pour le chef parlementaire du Parti Québécois, il est essentiel de fournir aux Québécois les réponses à toutes ces questions. « Autrement, ils seront en droit de voir dans les Espaces bleus un autre effort caquiste pour obtenir de la visibilité », a conclu le député de Matane-Matapédia. 




Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×