Nouvelle de 19 h Un pas de plus vers la revitalisation de Rimouski-Est

Un pas de plus vers la revitalisation de Rimouski-Est

La Ville veut revitaliser d’anciens terrains pétroliers

La revitalisation du district de Rimouski-Est, considéré par plusieurs observateurs comme un parent pauvre de Rimouski, pourrait bénéficier d’un coup de pouce à la suite de l’adoption d’une demande de financement déposée par le conseil municipal, hier.

La Ville fait appel au ministère de l’Économie et de l’Innovation et à son programme « Mesure pour la décontamination et la valorisation de terrains stratégiques » pou obtenir du financement afin de décontaminer des terrains appartenant jadis à des compagnies pétrolières.



Les installations portuaires de Rimouski-Est ont fait en sorte qu’à une certaine époque, toutes les grandes compagnies pétrolières possédaient des terminaux semblables à celui de Suncor, toujours présente. Vu depuis la rive, le paysage était peuplé de réservoirs, entre autres dans les années 1960.

Le district de Rimouski-Est. (Photo: Google Maps)

Essence et piétons


Des préoccupations relatives à la sécurité au sujet des transbordements d’essence au réservoir de Suncor et à la circulation automobile vs les enfants et piétons ont incité la Ville à lancer un programme de revitalisation de Rimouski-Est incluant de nouveaux raccordements routiers, en 2015.

« Le cœur urbain du secteur doit aussi être réaménagé. La proposition prévoit l’implantation d’une place publique, favorisant l’émergence de l’agriculture urbaine et la création d’un lieu de rencontre et de socialisation aux abords de l’ancienne église Saint-Yves. La Ville désire également intensifier les usages sur les terrains dont elle est propriétaire, dans le but d’insuffler un regain d’investissements immobiliers dans le quartier. Finalement, elle souhaite inscrire le secteur dans le Programme Rénovation Québec, ce qui permettra d’améliorer la qualité du cadre bâti existant », précise un document de la Ville disponible sur son site Internet.



Un lien Nord-Sud

« Afin de rendre les rues de Rimouski-Est plus sécuritaires, les camions desservants la zone industrielle seront dirigés sur l’avenue du Havre, celle-ci adoptant des mesures favorisant une circulation douce par divers aménagements. Une piste cyclable en site propre sera également implantée le long de cette artère et favorisera les déplacements actifs au sein de ce secteur, alors qu’elle permettra de créer un lien Nord-Sud qui s’étendra de la zone industrielle jusqu’à la Promenade de la mer », y est-il aussi expliqué. 


Par la résolution adoptée hier, la Ville « confirme son engagement à faire réaliser les travaux admissibles à ce programme en conformité avec les modalités applicables à la demande d’aide financière. »

Belle occasion

« C’est une belle occasion qui s’offre à la Ville de Rimouski. C’est un programme du gouvernement du Québec extrêmement intéressant qui va permettre de procéder à la décontamination et à la remise en valeur des terrains, ce qui, de toute évidence, va générer des revenus qui seront, j’espère, investis à Rimouski-Est  », commente le maire, Marc Parent, faisant allusion au fait que cette démarche risque de porter fruit après la fin de son règne.

Enveloppe

« J’ai envie qu’on avance, et le plus rapidement possible. L’ampleur du projet dépendra de l’importance du financement que nous obtiendrons. Pour donner une idée des superficies, il y avait suffisamment d’espace pour accueillir au moins sept compagnies de pétrole à l’époque. Une partie des terrains est demeurée contaminée après leur départ. En plus de la décontamination, la remise en valeur des terrains fait partie de la même enveloppe qui pourrait nous être attribuée », estime la conseillère de Rimouski-Est, Cécilia Michaud, en entrevue exclusive avec le journal le soir.

« On ne parle pas seulement de mettre du gazon, mais bien de nouvelles infrastructures. La plupart des terrains sont situés dans le parc industriel. Le but est d’entraîner des investissements. Nous sommes en train de développer le parc industriel pour ouvrir la rue du Havre. La décontamination aurait pu coûter très cher à la Ville », constate la conseillère.

Maison de mon Père

La conception de la future place citoyenne située au cœur de la revitalisation de Rimouski-Est était articulée autour de l’ancienne église Saint-Yves, mais celle-ci est de propriété privée et est à vendre depuis l’an dernier. La propriétaire avait développé un projet communautaire valable. Cette démarche est donc interrompue.

L’église Saint-Yves. (Photo: Pierre Michaud-archives)

Perdre le cœur

« Il y a toujours des sous investis dans le programme triennal par la Ville (NDLR : pour la revitalisation de Rimouski-Est), mais effectivement, cette nouvelle source du financement serait d’une aide inestimable, car le financement est de 100 %. Les efforts se poursuivent et le dossier pourrait ainsi être conclu plus rapidement que prévu. Pour la Maison de mon Père (nom du projet communautaire réalisé à l’église), je crois que le projet (de place publique) tient toujours, mais ça va dépendre du prochain promoteur. On espère qu’il sera ouvert aux propositions de la Ville. S’il voulait occuper toute la place, nous perdrions le cœur de notre quartier », s’inquiète cependant madame Michaud.

Cécilia Michaud (Photo: courtoisie Cécilia Michaud)
Cécilia Michaud (Photo: courtoisie Cécilia Michaud)


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×