Nouvelle de 19 h Rimouski vue des airs

Rimouski vue des airs

Nouveauté cet été à Rimouski, Go Hélico propose des excursions, ainsi que des tours d’hélicoptère, permettant de visiter Rimouski du haut des airs : une nouvelle attraction touristique qui est disponible jusqu’en septembre.

Vue de l’hélicoptère (crédit photo: Caroline Bossé)

Le journal a tenté l’expérience pour ses lecteurs. Nous avons constaté notamment que pour une première expérience de vol, les transitions de décollage et de l’atterrissage, se sont effectuées avec beaucoup de fluidité et tout en délicatesse, comme le reste du trajet. Malgré l’appréhension d’une première expérience de vol, le trajet de 10 minutes a passé vite étant donné la qualité du paysage à observer.



Geoffroy Rey, pilote d’hélicoptère depuis la fin de sa formation débutée en 2019, est à Rimouski depuis le mercredi 23 juin dernier, date à laquelle les tours d’hélicoptères ont commencé en ville.

Il travaille pour Go Hélico, plus précisément pour Complexe Capital Hélicoptère, une entreprise basée à Québec et qui a décidé d’offrir des tours d’hélicoptères à Rimouski pour la durée de la saison estivale. C’est également le cas de son collègue, Kevin A. Brouillette qui est pilote depuis un an.


Rimouski vue des airs (crédit photo: Caroline Bossé)

Fonctionnement

Il arrive parfois que l’appareil doive se tenir en altitude légèrement plus bas qu’à son habitude, comme c’était le cas lors du vol effectué en après-midi. Geoffroy Rey explique que l’appareil se tenait à 1200 pieds d’altitude, afin d’éviter les turbulences, tandis que normalement, l’hélicoptère peut monter jusqu’à 1400 pieds d’altitude. « Il s’agit d’un principe que la compagnie observe, dans le but de ne pas trop faire de pollution sonore ou de déranger la faune qui se trouve à terre. »



Forfaits

Dans la ville d’origine de la compagnie, les excursions aériennes qui sont proposées ont une durée plus importante que celles offertes à Rimouski, qui vont de 6 à 25 minutes, dépendamment du prix.


Un vol d’une dizaine de minutes comprend un survol de la ville, un passage au-dessus du pont de la rivière Rimouski (saumon) et un détour au site historique maritime, avant de rentrer au bercail.

Le forfait « Rimouski entre ciel et mer » est d’une durée de six minutes. Parmi les listes des attraits qui y sont visités se trouvent : le centre-ville, la rivière Rimouski, l’île Saint-Barnabé et le Site historique maritime la de Pointe-au-Père.

Le forfait « Rimouski splendeurs maritimes », d’une durée de 25 minutes, comprend les mêmes attraits que le forfait précédent, sauf qu’il s’ajoute les îles du Bic et le Canyon des portes de l’Enfer.

Geoffroy Rey explique qu’il s’agit vraiment de vols coordonnés, avec un parcours défini dans le but de voir Rimouski sous un autre angle. 

« La capacité des hélicoptères utilisés pour effectuer des tours est de quatre personnes maximum, y compris le pilote et de deux personnes minimum. Les excursions sont gratuites pour les enfants de moins de deux ans et il n’y a pas d’âge limite en vigueur pour se prévaloir d’un vol en hélicoptère », précise-t-il.

Rimouski sous un autre angle (crédit photo: Caroline Bossé)

Mesures sanitaires

Afin de respecter les consignes sanitaires émises par le gouvernement, le masque est obligatoire lors du vol. L’équipe s’assure également de désinfecter tout l’équipement ayant été en contact avec des clients, après chaque atterrissage.

En 2022?

Geoffroy Rey ignore pour le moment si l’attraction touristique va perdurer après septembre, ou si elle reviendra en région l’année prochaine. Selon ses informations, rien n’est encore confirmé de ce côté et c’est le niveau de popularité de l’activité qui permettra une prise de décision à cet effet.

Véronique Bossé est originaire de Rimouski. Elle vient de compléter la seconde de trois années d’études en journalisme à l’Université du Québec à Montréal (UQAM) et effectue un stage au journal le soir dans le cadre de sa formation qu’elle complètera au cours de la prochaine année académique. Parmi ses implications sociales, elle est tutrice au Centre d’aide en français L’Auxiliaire du Cégep de Rimouski, cofondatrice, auteure et journaliste du blogue Oiseaux de nuits. Elle a complété son diplôme d’études collégiales en Arts, lettres et communications au Cégep de Rimouski.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×