Nouvelle de 19 h Imposant projet de développement résidentiel

Imposant projet de développement résidentiel

Investissements projetés de 40 M$ pour 75 terrains

Les hommes d’affaires rimouskois bien connus, Bernard Beaulieu et Martin D’Astous, s’associent pour promouvoir un projet de développement résidentiel qui devrait se solder, à terme, par des investissements de 40 M$ à Rimouski.

Ce développement se situerait entre le chemin du Sommet et la rue de la Bolduc. C’est un projet haut de gamme que veulent proposer les promoteurs, à la mesure des secteurs déjà connus qui offrent une vue imprenable sur la ville de Rimouski à proximité des hauteurs de l’autoroute 20, comme la rue de la Provence, par exemple.



« On pense d’abord à des résidences unifamiliales, mais on pourra aussi envisager des jumelés ou des triplex. Ça reste à finaliser, ce qui fait que le nombre de ménages qui s’installeront pourrait dépasser la quantité de 75 terrains. Si l’on considère la valeur des terrains achetés, le coût des infrastructures que nous assumerons et la valeur des maisons ou jumelés qui seront construits, on peut parler d’un investissement d’environ 40 M$ », explique Bernard Beaulieu, dont des membres de la famille sont aussi impliqués dans le projet.

Entreprises associées


La famille de monsieur Beaulieu (Immeubles Beaulieu et Collin) est notamment connue en raison de son implication dans divers projets résidentiels et commerciaux. Elle est également propriétaire du Centre multisports. Martin D’Astous et sa famille sont propriétaire de Beaulieu Décors.

Les Immeubles Beaulieu et Collin et Beaulieu Décors sont impliqués dans le projet à titre d’entreprises associées, de même que Construction Technipro et Asselin & Asselin Arpenteurs.



Plan des terrains proposés, tout près de la future école et de la résidence pour personnes âgées projetée par le Groupe FARI, un peu plus à l’Ouest. (Photo: courtoisie)

Périmètre urbain

« Nous avons fait faire des plans et nous les avons déposés à la Ville. Nous pensons pouvoir vendre rapidement les 75 terrains, mais il faut que la Ville accepte de nous inclure dans le périmètre urbain, pour le zonage. Ce périmètre urbain s’arrête juste devant nos terrains. Le travail est amorcé à a ce sujet. Nous n’hésitons pas à nous lancer dans ce projet, car nous savons que mis à part les terrains que la Ville propose à Sacré-Cœur et Pointe-au-Père, il n’y a pratiquement plus d’espace à construire dans le secteur urbain de Rimouski. C’est là qu’est l’enjeu principal », renchérit Bernard Beaulieu.



Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×