Beaulieu Décor
Actualités > Économie > Saint-Fabien obtient un appui pour s’attaquer à l’insécurité alimentaire
Économie

Saint-Fabien obtient un appui pour s’attaquer à l’insécurité alimentaire

(Photo: Facebook ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation)

La ministre des Affaires municipales, Andrée Laforest, ainsi que la ministre du Tourisme et ministre responsable du Bas-Saint-Laurent, Caroline Proulx, confirment l’attribution d’une somme de 22 000 $ pour un projet visant à lutter contre l’insécurité alimentaire dans les milieux ruraux, dans la municipalité de Saint-Fabien.

« Cette aide financière s’inscrit dans le cadre du volet Soutien à la vitalisation et à la coopération intermunicipale du Fonds régions et ruralité (FRR) qui permet d’agir sur le plan social, touristique et culturel dans les milieux qui présentent de grands défis économiques », précise un communiqué gouvernemental.

Vitalité

« Notre gouvernement a à cœur l’occupation et la vitalité de nos territoires, c’est pourquoi il y contribue de différentes façons. Cet appui financier en est un bel exemple, car les retombées sur les milieux ayant d’importants défis de vitalisation seront encore plus remarquables. Lorsqu’une communauté est plus animée, elle fait aussi des gains au sur le plan socioéconomique. Ce sont non seulement les personnes qui la composent qui en bénéficient, mais également tout le Québec », commente la ministre Andrée Laforest.

« Je remercie les entreprises et les organismes qui ont soumis des initiatives. Cette démarche prouve qu’ils ont le désir de dynamiser leur environnement et de le rendre encore plus attrayant. En travaillant ensemble, nous contribuons à améliorer la qualité de vie des citoyennes et des citoyens et nous pouvons en être fiers », poursuit Caroline Proulx.

En résumé

• En 2020-2021, près de 1,5 M$ ont été alloués pour appuyer 36 projets de vitalisation au Québec.

• Les initiatives doivent se réaliser sur le territoire d’une municipalité locale non couvert par une entente de vitalisation.

 • Elles doivent contribuer à la vitalité du milieu et être compromises par une difficulté financière empêchant leur réalisation.

• Le taux d’aide maximal est déterminé selon le quintile de l’IVE associé à la municipalité locale où se déroule le projet et peut atteindre 50 000 $.

• En plus des municipalités et des régies intermunicipales, les communautés autochtones et le Gouvernement régional d’Eeyou Istchee Baie-James, les entreprises d’économie sociale et les coopératives, les organismes à but non lucratif ainsi que les organismes des réseaux de l’éducation peuvent déposer une demande.

Facebook Twitter Reddit