Nouvelle de 18 h Il y a 55 ans, Québec-Téléphone devenait américaine

Il y a 55 ans, Québec-Téléphone devenait américaine

Avant de redevenir canadienne il y a 20 ans!

Demain, le 21 juillet, marque un anniversaire important pour l’histoire socio-économique de Rimouski.

À la même date en 1966, il y a donc 55 ans, l’homme d’affaires Jules A. Brillant, celui qui est reconnu comme étant le bâtisseur de Rimouski sur le plan économique, au 20e siècle, causait une grande surprise en vendant Québec-Téléphone qui est devenue QuébecTel, puis TELUS Québec.



Cela fait aussi 20 ans que QuébecTel est devenue TELUS Québec.

Commotion


« L’homme d’affaires rimouskois Jules A. Brillant provoque toute une commotion dans le Bas-Saint-Laurent le 21 juillet 1966 lorsqu’il vend son plus beau fleuron, Québec-Téléphone, à l’américaine General Telephone and Electronics (GTE). À cette époque, le vaste réseau de Québec-Téléphone, qui englobe tout l’Est du Québec, la Côte-Nord, la Beauce et la région de Donnaconna, doit être modernisé. Brillant affirme de plus que la croissance de son entreprise est limitée par le manque de capitaux. Les besoins sont évalués à 70 M$ sur cinq ans. Il refuse les avances de la compagnie Bell, mais accepte une entente avec GTE qui promet de conserver le siège social à Rimouski », rappelle l’historien Richard Saindon dans son ouvrage « Chronique du Bas-Saint-Laurent – 1535-2017 ».

« Pour contourner la loi limitant la propriété étrangère des compagnies de télécommunication canadiennes, Québec-Téléphone et GTE créent une entité appelée la Compagnie de téléphone anglo-canadienne ayant une boîte postale à Montréal. Au sujet du siège social, GTE a toujours respecté sa promesse, laissant même une grande marge de manœuvre aux dirigeants de Québec-Téléphone », ajoute l’auteur.



Jules A. Brillant. (Photo: archives)

TELUS à Rimouski

Le « contournement » du problème de propriété américaine rattrapera toutefois Québec-Téléphone (QuébeTel par la suite) qui devra finalement être vendue à TELUS, une compagnie dont la présence était jusque là surtout connue dans l’Ouest du pays.


La transaction a été élaborée, concrétisée et annoncée en 2000 et 2001.

Que signifie la présence de TELUS à Rimouski, de nos jours? Une responsable des relations publiques de TELUS bien connue à Rimouski, Jacinthe Beaulieu, rappelle que l’héritière de Québec-Téléphone maintient une présence significative à Rimouski.

Vision d’affaires

« Nous sommes fiers de pouvoir compter sur l’engagement et le talent de près de 1 400 membres de l’équipe de Rimouski et du Bas-Saint-Laurent. Si TELUS a su se tailler une place de choix dans l’industrie des télécommunications canadienne, c’est en grande partie grâce à la vision d’affaires et au talent des Rimouskois. À titre de principal employeur privé, nous offrons des occasions de carrière dynamiques dans des domaines aussi variés que les technologies, la santé, les finances ou le marketing, et avons créé plus de 130 nouveaux emplois à Rimouski au cours de la dernière année. »

« Depuis près d’un siècle maintenant, en incluant la période de Québec-Téléphone, l’entreprise entretient des liens étroits avec les clients et les membres de l’équipe de Rimouski et investit 16 millions de dollars cette année au Bas-Saint-Laurent. Notre présence se fait sentir partout que ce soit avec notre centre de données stratégique, avec nos réseaux PureFibre et 5G mainte fois primés, ou encore avec la création de l’Espace TELUS au Complexe sportif qui est le symbole d’une entente porteuse de 10 ans avec la ville de Rimouski », poursuit madame Beaulieu.

Un demi-million d’heures de bénévolat

« Plus important encore, depuis 2000, nos membres de l’équipe de la région ont effectué plus de 550 000 heures de bénévolat et remis plus de 9 M$ en appui aux organismes locaux dont à la Fondation du Centre hospitalier régional de Rimouski, l’Association du cancer de l’Est du Québec, la Fondation de l’UQAR, la Maison La Débrouille et les Amis des Jardins de Métis. Nous sommes partenaires des Grandes Fêtes TELUS depuis près d’une décennie, de L’Océanic depuis 25 ans, et sommes emballés à l’idée de participer aux Jeux du Québec de Rimouski en 2023 à titre de commanditaire », précise-t-elle.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×