Nouvelle de 18 h Une photo... une idée... une suggestion?

Une photo… une idée… une suggestion?

Une petite idée peut faire un grand bout de chemin et encore plus lorsqu’elle vient sous forme d’une image qui capte l’attention puisque la vision peut être ainsi partagée.

Celle-ci (photo ci-dessus) a été captée par le député de Rimouski Harold LeBel depuis la terrasse du Bistro de la Forge, alors qu’il profitait des plaisirs des Terrases Cogeco, sur la rue Saint-Germain Est, qui se poursuivent pour trois autres semaines.



« Tout en appréciant le décor particulier des Terrasses, mon regard s’est arrêté sur ce grand mur jaune, du côté Ouest de Place Saint-Laurent. Je constate qu’il y a là une occasion d’améliorer le coup d’œil du centre-ville par une idée qui reste à être développée. On ne sait jamais où ça pourrait nous mener, alors que tous s’entendent pour dire que le temps est venu de valoriser notre centre-ville », exprime monsieur LeBel.

Harold LeBel (Photo Francis Vachon / courtoisie Parti québécois)

Possibilités multiples


Les possibilités d’utilisation d’un immeuble à des fins d’art public sont loin de se limiter à la réalisation de murales, qui n’en serait pas moins une bonne idée parmi d’autres. Les œuvres peuvent être permanentes ou éphémères, réalisées à l’aide de gravure inscrite dans du ciment qu’on aurait ajouté, de faisceaux d’éclairage, de projection d’images ou de peinture.

Le Moulin à images, à Québec, est un bon exemple d’une création originale sur un ou des édifices.



Les Murmures de la Ville, une série de murales à Mont-Joli, sont un autre concept magnifiquement réussi.

Tout récemment, le mur Ouest de l’Institut maritime du Québec à Rimouski a fait l’objet d’une fresque que l’on peut voir ci-dessous, grâce à la collaboration du Centre d’artistes Caravansérail et de la Fondation de l’IMQ.


60 000 $ pour une fresque

Des subventions sont disponibles pour ce type de projet selon l’artiste et bédéiste Vincent VoRo Rioux et l’idée lui semble excellente.

« C’est sûr que ce serait « malade » de faire une murale à cet endroit! Sauf que ce serait un gros défi. Il faudrait de la machinerie spécialisée et il faudrait aller chercher des subventions pour financer un projet. Ça coûterait un bras pour une fresque, peut-être autour de 60 000 $. Mais on pourrait aussi s’orienter vers quelque chose de différent d’une murale, comme une installation visuelle éphémère. »

Vincent « VoRo » Rioux au Salon de la bande dessinée de Montréal en 2019. (Photo: courtoisie)

Monsieur Rioux signe d’ailleurs une des murales qui font partie de l’ensemble des Murmures de la Ville à Mont-Joli.

La partie résidentielle de Place Saint-Laurent est la propriété de ses copropriétaires occupants. On peut penser qu’il y aurait moyen d’obtenir leur appui pour un projet qui mettrait le centre-ville en valeur. Un concours pourrait avoir lieu. Le projet retenu pourrait faire partie intégrante des activités des Terrasses Cogeco.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×