Nouvelle de 18 h « Que des enfantillages! » -une ex-conseillère

« Que des enfantillages! » -une ex-conseillère

Claire Dubé invite les élus à faire preuve de maturité

Une ancienne conseillère du district Saint-Robert, Claire Dubé, vient rétablir un certain équilibre dans la querelle entre la conseillère du Bic, Virginie Proulx, et le reste du conseil municipal de Rimouski, en lançant un appel au calme.

Madame Dubé, qui a déjà pris publiquement la défense de madame Proulx lorsqu’elle a été bannie des rencontres en comité plénier,  voit des torts des deux côtés. Elle estime que madame Proulx fait des erreurs de stratégie et de communication, mais elle croit aussi que le conseiller du quartier qu’elle représentait jadis, Jocelyn Pelletier, et le maire, Marc Parent, n’auraient pas dû jeter de l’huile sur le feu.



« Personnellement, je trouve ça épouvantable qu’on agisse comme ça entre adultes. Et ce sont des élus, en plus, et quand on est un élu, on doit avoir une conduite irréprochable. Je vois qu’il y a des conflits de personnalités. Il y a des gens qui ne s’entendent pas avec elle. Mais, quant à l’exclusion de madame Proulx, je trouve ça inconcevable qu’un élu puisse être traité comme ça en 2021. Par contre, c’est vrai que ça semble être un conflit entre elle et tous les autres membres du conseil », estime madame Dubé.

Vécu de femme


« Dieu sait que j’encourage les autres femmes à faire de la politique, mais comme conseillère, mon vécu de femme me dit qu’il ne faut pas se braquer continuellement quand on dit ou pense différemment des autres élus. Quand c’est le cas, on est exclu en partant. Elle, Virginie, ce qu’elle fait autrement de ce que moi j’aurais fait, c’est qu’elle continue à s’obstiner. Elle continue à parler, alors qu’elle devrait convaincre ceux qui ne sont pas d’accord avec elle un à la fois, à force d’arguments et progressivement. Alors que moi, quand j’ai vu qu’il y avait de mes idées qui n’avançaient pas, j’ai utilisé plus de stratégie en me disant « je vais les emmener tranquillement là où je veux aller. » Elle, ce qu’elle fait, c’est qu’elle continue », observe Claire Dubé.

Claire Dubé (Photo: archives)

Un ajustement important



Rappelons que des allégations fusent de toutes parts depuis que le journal le soir a publié, jeudi dernier, un reportage sur le fait que le maire, Marc Parent, croyait qu’une vague d’opposition à un règlement permettant la construction d’une maison dans une zone sensible, au Bic, avait été téléguidée par madame Proulx. Il s’avère que le terrain est situé en face de la maison de cette dernière, qui refuse d’expliquer sa position en voulant faire preuve d’éthique, car directement concernée.

Pour en revenir à l’ex-conseillère de Saint-Robert, madame Dubé en retient que la conseillère actuelle du Bic devra démontrer sa volonté d’être plus conciliante avec son entourage, si elle veut avoir des chances de l’emporter le 7 novembre.


« C’est un gros défi de faire passer des idées. Ça prend de la stratégie. Elle est arrivée et elle a dit : « je pense de même », point. C’est presque irrécupérable maintenant. Je trouve tellement que c’est de l’enfantillage! Ça manque de maturité, de part et d’autre. Autant d’elle que des autres! Je ne pense pas qu’elle sera élue, parce que les gens s’attendent d’une mairesse ou d’un maire qu’elle ou il soit rassembleur (e). Je suis pour l’action des femmes en politique, mais on dirait que madame Proulx n’a pas « le tour ». Je ne crois pas qu’elle puisse changer vite de même! Mais c’est vrai qu’en politique, on en voit de toutes les couleurs! »

Dans le tas

« J’ai participé à ses forums et même si elle a de bonnes idées, je crains que madame Proulx ait de la difficulté à les faire passer, quand je regarde ce qui s’est passé au conseil sortant. Elle a foncé dans le tas et s’est mis tout le monde à dos. Elle peut avoir raison à l’occasion, mais ça ne peut pas marcher si elle se braque tout le temps, si tout le monde est toujours contre elle. Je trouve ça plate. Elle a manqué de jugement dans son approche. Elle  devrait tenter de convaincre ses collègues un par un, plutôt », fait enfin remarquer madame Dubé.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×