COVID-19 Écoles : le Bas-Saint-Laurent exempté du port du masque en classe

Écoles : le Bas-Saint-Laurent exempté du port du masque en classe

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a confirmé cet après-midi les mesures sanitaires qui encadreront la rentrée scolaire des prochains jours dans le contexte de la crise sanitaire du coronavirus.

Il a notamment indiqué que le port du masque en classe sera obligatoire dans certaines régions, mais le Bas-Saint-Laurent fait partie de la liste de celles qui en sont exemptées. Les élèves à partir de la première année seront cependant obligés de porter un couvre-visage dans le transport scolaire et dans les aires communes des écoles.



Monsieur Roberge a rejeté les critiques sur le manque de préparatifs en rappelant d’abord que son ministère a jeté les bases des futures mesures en annonçant, en juin et en août, certaines des conditions qui prévaudront pour la rentrée scolaire 2021.

« Nous avons fait des mises à jour pour permettre aux commissions scolaires de se préparer. Ces mesures tiennent toujours. Par exemple, on avait annoncé qu’il n’y aurait pas de bulles classes. C’est très important pour nos jeunes et pour nos commissions scolaires, pour permettre l’embauche des enseignants et la confection des horaires. On a aussi annoncé qu’il n’y aurait pas de fréquentation en alternance pour nos jeunes de secondaire trois, quatre et cinq et ça tient toujours. Pour le transport scolaire, c’est possible cette année d’avoir le nombre précis d’utilisateurs du transport scolaire. Ça aussi, c’est très important. Ça aide à faire les parcours des autobus scolaires », affirme monsieur Roberge.


Prudence

« Le variant Delta continue de nous inquiéter et on veut commencer l’année avec prudence. C’est très important, parce que la rentrée, ça signifie une augmentation des contacts. Plusieurs élèves qui sont à la maison vont prendre l’autobus et se rendre à l’école; ils vont voir leurs amis et entrer en contact avec d’autres plus qu’ils ne l’ont fait cet été. Au cœur de nos décisions, un des principes fondamentaux qui guident les décisions qu’on vous présente aujourd’hui, c’est qu’on veut garder les élèves à l’école le plus possible. On veut éviter de basculer en enseignement à distance. On veut des écoles sécuritaires et que nos enfants apprennent; on veut qu’ils aient des occasions de jouer, de voir leur monde. C’est fondamental pour tout le monde. »



Neuf régions

« Pour permettre tout ça, à partir de la première année du primaire, les jeunes vont devoir porter le couvre-visage dans les aires communes et dans le transport. En fonction de l’évolution de la situation et en prenant en compte les recommandations de la Santé publique, on doit prendre la décision de rendre le port du masque obligatoire même en classe, à partir de la première année, dans plusieurs régions (neuf : Centre du Québec, Mauricie, Estrie, Laurentides, Laval, Lanaudière, Montérégie, Montréal et Outaouais) », a précisé le ministre.


Personnel

« On va voir comment la rentrée va se dérouler et comment les cas vont arriver ou n’arriveront pas. Il y aura ensuite des études épidémiologiques qui pourront nous guider. Pour le personnel, s’il peut respecter la distance de deux mètres ou avoir une barrière physique, comme un plexiglas, on pourra enlever le masque. Si on ne peut pas respecter la distance ou avoir une barrière, on doit remettre le masque. On respecte les recommandations de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST). C’était aussi le cas l’an dernier », a mentionné monsieur Roberge.

Écouter la science

« Pour les étudiants qui sont en formation professionnelle ou à la formation générale des adultes, on se colle aux mesures qui sont celles de l’Enseignement supérieur. Donc, au cégep, peu importe la région, on devra porter le masque en tout temps, même à l’intérieur et même en classe. Ce n’est pas ce qu’on souhaitait au début de l’été, mais il faut prendre acte de la situation sanitaire; prendre acte également de ce qui s’est passé ailleurs dans le monde avec la montée du variant Delta. Je sais très bien que le port du masque n’est pas agréable pour les enfants, mais comme adulte, on a une responsabilité. On doit être bienveillant envers les membres de notre famille et moi, j’ai la responsabilité d’être bienveillant avec les élèves et les membres du personnel. On se doit aussi d’être tous rassurant et j’appelle tout le monde à être réaliste, mais aussi à écouter la science et à être rassurant », a commenté Jean-François Roberge.

« Ce que veulent nos enfants, c’est apprendre. Ils ont besoin d’aller à l’école. Toutes les mesures mises en place doivent être vues comme des mesures positives. Les jeunes ont besoin de bouger. On va leur permettre de faire leurs cours d’éducation physique. Les jeunes ont besoin de socialiser et ça nous tient à cœur de leur permettre de revoir leurs amis. Par ailleurs, dans les cas de chaleur accablante comme on en a eu ces derniers temps, on pourra permettre, dans des régions où il faut porter le masque, de l’enlever temporairement si ce n’est pas tenable. On appliquera des mesures exceptionnelles quand le temps sera exceptionnel, aussi », a-t-il ajouté.

Gestion des cas

Le gouvernement entend agir promptement dans la gestion des cas de COVID-19 qui vont apparaître inévitablement dans des écoles.

« C’est très important de poursuivre le travail méticuleux amorcé l’an dernier. Tous les cas qui seront déclarés dans les écoles vont faire l’objet d’enquêtes épidémiologiques par les directions de Santé publique régionales. La Santé publique nous indique qu’elle va moduler ces enquêtes en fonction de nouveaux critères, comme la région concernée, le nombre de cas dans la région, le fait que les élèves portent ou non le masque et la vaccination des adolescents. J’ai confiance qu’avec ces mesures, on va pouvoir éviter dans plusieurs cas des fermetures de classe, des fermetures d’école et des retraits d’élèves. On pourra donc garder le plus possible nos écoles ouvertes et nos élèves à l’école », a constaté le ministre de l’Éducation.

« Quand, malheureusement, surviendront des cas, on va donner aux jeunes des outils éducatifs pour poursuivre leur apprentissage, comme on l’a fait l’an dernier. On s’assurera d’avoir une équité. Une nouveauté : on travaille avec la Santé publique pour utiliser des tests rapides dans les classes, qui seront déployés dans certaines écoles dès le mois de septembre. Depuis le début de la pandémie, nous avons été, au Québec, un des endroits dans le monde où les enfants ont le plus fréquenté l’école. On peut être fier d’avoir réussi ça. On doit être reconnaissant avec le personnel scolaire; c’est une réussite qu’on doit partager », a également noté monsieur Roberge.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×