Nouvelle de 18 h La décision de faire vacciner les employés de Rimouski n'est pas encore...

La décision de faire vacciner les employés de Rimouski n’est pas encore prise

Le maire Parent explique davantage la démarche du passeport vaccinal

Le maire de Rimouski, Marc Parent, souhaite expliquer un peu plus en détails les raisons qui ont incité la Ville de Rimouski à annoncer, la semaine dernière, que le passeport vaccinal sera exigé aux citoyens qui veulent avoir accès aux installations de loisirs, la semaine dernière.

Cette obligation entre en vigueur ce mercredi, 1er septembre. Le maire, tout comme l’auteur de ces lignes, a été étonné de voir la résistance manifestée par certains citoyens sur les réseaux sociaux. « Mais si la Ville exige le passeport de ses usagers, en fera-t-elle autant pour son personnel? Je ne me sentirais pas à l’aise de présenter mon passeport qui prouve que j’ai reçu deux vaccins, si j’ai l’impression que ce n’est pas le cas de l’employé de la Ville auquel je le présente », nous a écrit un citoyen préoccupé par cette exigence.



« Il faut comprendre, d’abord, que nous sommes tenus par la loi de respecter les dispositions demandées par le gouvernement du Québec. Nous n’avons pas le choix, mais je crois que les gens ont peut-être besoin de davantage d’explications. On s’entend tous pour dire que l’objectif du passeport vaccinal, c’est n’est pas de limiter la propagation aux endroits où il s’applique; l’objectif du passeport est d’inciter la population à se faire vacciner en limitant l’accès à certains endroits pour ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner. Pour ceux qui ne peuvent pas le faire, il y a des dispositions. »

« Nous, à la Ville, on est obligé de mettre ça en place. Ce qu’on fait, c’est qu’on met en place un système où les employés de la Ville vont s’assurer que les gens ont bel et bien été doublement vaccinés, pour toutes les activités organisées par la Ville. Pour une ligue de garage de hockey qui loue un temps de glace au Complexe Desjardins, ce sont les responsables de la ligue qui vont s’assurer que ses membres sont doublement vaccinés. Aussi, il faut ajouter qu’on ne sera pas obligé de se faire vérifier chaque fois. C’est sûr qu’à partir du moment où monsieur ou madame A sont vaccinés, la semaine suivante, il n’y aura pas de vérification à faire », explique monsieur Parent.


Le maire Marc Parent. (Photo: capture d’écran-Zoom)

Et les fonctionnaires?

Le journal a demandé à monsieur Parent si tous les employés de la Ville seront vaccinés.



« Là-dessus, c’est certain qu’il y a des réflexions qui doivent être faites. Plusieurs organismes se penchent sur la question, dont l’Union des municipalités du Québec, parce qu’il doit y avoir une certaine cohérence dans les décisions qui seront prises dans les différentes municipalités et villes. Pour le moment, on n’a toujours pas statué s’il y avait une nécessité ou non de faire vacciner tous nos employés. Mais encore une fois, ce sont des choses qu’il faut distinguer. Quand on a compris que le principe du passeport vaccinal est de faire augmenter le taux de vaccination, on peut être convaincu qu’il y aura un très fort taux de vaccination au Québec et que le gouvernement finira par assouplir ses mesures sanitaires, dont le passeport vaccinal. Le passeport vaccinal n’est pas en place pour les 40 prochaines années! Il est en place à court terme, pour s’assurer que la grande majorité de la population soit vaccinée. À partir du moment où les objectifs seront atteints, je ne serais pas surpris qu’il y ait un relâchement quant à l’accès aux divers sites actuellement réservés aux personnes doublement vaccinées. »

Mais il faut éviter de relâcher trop vite, selon monsieur Parent. « La crise est toujours préoccupante. Le variant Delta existe bel et bien. On voit partout qu’il y a un lien direct entre le taux de vaccination et le taux de propagation. Plus on est vacciné, plus la propagation est basse. On ne peut pas faire autrement que de conclure que la vaccination freine la propagation de la COVID-19. On invite les gens qui n’ont pas encore été vaccinés à le faire, c’est certain. »


Célébrations du 325e anniversaire

Par ailleurs, le journal a invité monsieur Parent à s’exprimer sur les critiques concernant le spectacle pyrotechnique qui a eu lieu sur la promenade de la mer, vendredi, dans le cadre du 325e anniversaire de Rimouski. Il en retient du positif, malgré tout.

Même si les attentes de certains ont été déçues, le maire constate que la promenade de la mer est un lieu unique pour offrir des feux d’artifice. (Photo: Facebook-Nathalie Poirier photograpĥe)

« Je n’ai pas pu assister au spectacle, parce que vendredi dernier, ma journée a été consacrée au dossier du projet FARI (résidence pour aînés dans Saint-Pie-X). J’ai dû me rendre à Québec pour livrer un témoignage devant la Cour. J’y ai passé plus de trois heures et demies en interrogatoire pour faire progresser le dossier. Ceci étant dit, nous, au conseil municipal, nous avons fait un exercice de réflexion par rapport au 325e anniversaire de Rimouski. Nous nous sommes dit que c’était important et qu’on voulait le souligner, mais de manière sobre, de manière assez modeste sur le plan financier. On ne voulait pas dépenser des centaines de milliers de dollars. Ce n’est pas comme si c’était le 400e anniversaire, qui serait un point beaucoup plus symbolique. On s’est tourné vers des organismes du milieu pour leur demander des suggestions », résume monsieur Parent.

« Riki Fest a fait plusieurs suggestions (dont l’événement de vendredi). Cette organisation en est à ses premiers balbutiements dans ce genre d’événement. Je pense que ses organisateurs ont démontré un bel effort. Clairement, au chapitre des communications, nous n’avons jamais fait savoir qu’il s’agirait d’un spectacle à grand déploiement. On a toujours parlé de feux pyrotechniques à basse altitude et Riki Fest a toujours parlé d’un événement à petit budget », ajoute le maire rimouskois.

« Ce que j’en retiens du côté positif, c’est qu’il y a clairement de l’intérêt de la part de la population pour ce genre de spectacle présenté le long de la promenade de la mer, par exemple un feu d’artifice grandiose pour souligner un événement en particulier, sur le fleuve. La vue qu’on a et les reflets sur l’eau sont des aspects très intéressants. Il y a une réflexion à faire pour ce genre d’événement. La promenade est un beau lieu pour ça et il y a de l’espace pour accueillir les spectateurs sur les 2,5 km de la promenade. Si Riki Fest revient à la charge avec un événement du genre, les gens vont peut-être comprendre davantage ce qu’on a voulu faire comme spectacle. On va s’améliorer avec les années », conclut monsieur Parent.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×