Élections fédérales 2021 Le Bloc Québécois obtient l’appui potentiel de 5 200 travailleurs

Le Bloc Québécois obtient l’appui potentiel de 5 200 travailleurs

Le Bloc Québécois et le Syndicat des Métallos ont confirmé ce matin que cette centrale syndicale demande à ses syndicats affiliés de recommander à leurs membres de voter pour les candidats du Bloc Québecois des comtés de l’Est du Québec.

C’est aussi le cas pour l’ensemble du Québec, où le Syndicat des Métallos est le plus important syndicat du secteur privé avec ses 60 000 membres, issus des secteurs du bois, des métaux, du ciment, de l’hôtellerie, de la restauration, du transport ferroviaire, des centres d’appels et de la manufacture.



C’est principalement pour sa volonté de faire avancer des dossiers comme la réforme de l’assurance-emploi et la protection des régimes de retraite que les Métallos encouragent ses membres à voter pour les candidats du Bloc. Une conférence de presse réunissant des officiers syndicaux régionaux et les candidats du Bloc Québécois des quatre comtés de l’Est du Québec a eu lieu en avant-midi, aujourd’hui. Les membres du Syndicat des Métallos ont particulièrement apprécié les interventions de la députée de Manicouagan pour la défense des droits des travailleurs, Marilène Gill, lors des derniers mois.

« Nous avons 5 200 membres dans les quatre comtés de l’Est du Québec (Bas-Saint-Laurent/Gaspésie-îles de la Madeleine/Côte Nord), sur une possibilité de 6 000 travailleurs dans les secteurs que nous desservons. Ils sont des travailleurs employés de quelque 50 entreprises différentes », précise le Nicolas Lapierre, coordonnateur régional du Syndicat des Métallos de l’Est du Québec.


« On a soutenu la candidature de madame Gill lors des dernières élections et on a soutenu les trois candidats de la rive Sud, madame Michaud, monsieur Bernatchez et monsieur Blanchette-Joncas. Ceci dans l’optique où on voulait déposer un nouveau projet de loi qui a effectivement été déposé par madame Gill. On la remercie parce que c’est très important pour nos travailleurs. Mais dans un parlement minoritaire, le temps nous est compté. Nous étions sur le bord d’obtenir un projet de loi qui aurait débouché sur une nouvelle loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies. La loi aurait aussi concerné les faillites et l’insolvabilité, mais le déclenchement des élections nous a coupé l’herbe sous le pied », explique aussi monsieur Lapierre, concernant les raisons qui font qu’on a décidé d’appuyer le Bloc Québécois.

Devoir moral



Le chef du Bloc Québécois, Yves-François Blanchet, a confirmé aux syndiqués que son parti allait continuer de défendre les droits des travailleurs.

« Je me réjouis de l’appui des travailleurs et travailleuses affiliés au Syndicat des Métallos dans l’Est-du-Québec, dans lequel je perçois toute l’appréciation du travail effectué par le Bloc Québécois, entre autres dans le dossier des régimes de retraite et fonds de pension des travailleurs, grossièrement lésés de leurs économies en cas de faillite d’entreprise. Soyez assurés qu’à la reprise des travaux parlementaires, le Bloc entend revenir à la charge auprès du gouvernement, quel qu’il soit, avec un projet de loi similaire pour que le bas de laine des travailleurs soit considéré comme une créance prioritaire et soit protégé en cas de faillite d’entreprise. Il est inadmissible que ceux et celles qui ont donné les meilleures années de leur vie pour une entreprise voient leurs économies disparaître sous le coup d’une faillite. C’est un devoir moral de les protéger », a affirmé Yves-François Blanchet.


« Alors que la campagne est dans son dernier droit, je suis honoré de recevoir l’appui du Syndicat des Métallos et je mesure pleinement la responsabilité qui m’incombe en tant qu’élu. Comme le Bloc Québécois, les Métallos ont à cœur les conditions de travail des Québécois et se dévouent chaque jour, depuis leur fondation, à l’amélioration de celles-ci », a déclaré Maxime Blanchette-Joncas, candidat dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Neigette, parlant également au nom de ses collègues.

Accès aux prestations

« Que ce soit en réformant globalement l’assurance-emploi pour y inclure un accès facilité aux prestations, entre autres pour les travailleurs autonomes, abolir le trou noir pour les travailleurs saisonniers, augmenter de 15 à 50 semaines des prestations spéciales pour personnes malades et soutenir adéquatement les jeunes mères qui perdent leur emploi à la fin de leur congé parental; que ce soit en mettant fin aux deux catégories de travailleurs par l’interdiction des briseurs de grève, en finançant adéquatement le retrait préventif des femmes enceintes, en mettant fin aux « flips de contrats » et en soutenant les travailleurs jusqu’au bout de la crise en prolongeant la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE) pour les arts et culture, l’industrie du voyage et autres secteurs pour lesquels la relance tarde, le Bloc Québécois répond présent », a ajouté ce dernier.


Télécharger l'application web du journal le soir

Télécharger
×