guycaron
Actualités > Faits divers > Un service additionnel en matière de violence conjugale
Faits divers

Un service additionnel en matière de violence conjugale

Simon Jolin-Barette. (Photo Facebook)

Près d’un an après le lancement de JuridiQC, le service en ligne d’information juridique, le ministre de la Justice et procureur général du Québec, Simon Jolin-Barrette, annonce la mise en ligne d’un service additionnel visant à faciliter l’accès aux ressources en matière de violence conjugale.

La plateforme JuridiQC intègre maintenant des accès directs à des ressources en matière de violence conjugale. Le bottin des ressources, qui répertorie les professionnelles et professionnels (avocates et avocats, notaires, psychologues ainsi que médiatrices et médiateurs), regroupe également en un seul et même endroit les différentes ressources d’aide aux victimes de violence conjugale. De plus, la carte donnant accès aux organismes gratuits ou à faible coût a été bonifiée en vue d’inclure les centres d’aide aux victimes d’actes criminels (CAVAC).

« Nous accordons une grande importance à l’accessibilité des services et des ressources voués à venir en aide aux personnes aux prises avec une situation de violence conjugale. Ces ajouts importants dans l’outil en ligne JuridiQC s’inscrivent dans la continuité de nos efforts pour assurer un meilleur accompagnement auprès des personnes victimes de violence conjugale », indique le ministre Jolin-Barrette.

Rencontres en direct sur Facebook

Dans un souci de vulgariser l’information juridique et de mieux renseigner la population sur les ressources existantes, les 15 et 22 octobre prochains, JuridiQC réalisera des rencontres en direct sur sa page Facebook avec des représentantes de SOS violence conjugale et de Juripop. Il sera également possible de visionner ces capsules sur la page du ministère de la Justice.

« SOQUIJ est heureuse de joindre ses efforts à ceux du gouvernement dans sa lutte contre toutes les formes de violence conjugale. La plateforme JuridiQC traite du divorce et de la séparation. Or, nous savons que la violence conjugale peut devenir un enjeu majeur au moment de la rupture. Nous avons donc rendu l’accès aux ressources spécialisées plus facile et rapide pour aider les victimes de violence conjugale. Nous poursuivrons nos efforts en ce sens en ajoutant du contenu spécifique à la violence conjugale en lien avec l’évolution des thématiques de JuridiQC », commente la présidente de la Société québécoise d’information juridique, Marie-Claude Sarrazin.

Facebook Twitter Reddit