guycaron
Actualités > Éducation > Desjardins veut démocratiser l’intelligence artificielle
Éducation

Desjardins veut démocratiser l’intelligence artificielle

Lynn Francoeur, Directeur général de la Caisse Desjardins de La Matanie, Micheline Verreault, Présidente de la Caisse Desjardins de La Matanie, Isabelle Cayer, Directrice générale du Centre de développement et de recherche en intelligence numérique, Pierre Bédard, Directeur général du Cégep de Matane. (Photo courtoisie)

Le Centre de développement et de recherche en intelligence numérique (CDRIN) reçoit un soutien financier de 120 000 $ du Fonds du Grand Mouvement de Desjardins pour mettre à niveau son infrastructure technologique afin de renforcer sa position de centre de recherche de calibre national, de propulser ses différents projets au prochain niveau et de contribuer à la démocratisation de l’intelligence artificielle dans l’Est-du-Québec.

L’un des projets phares du CDRIN des dernières années est sans contredit La mer numérique. Ce projet de recherche de grande envergure vise à mieux comprendre le fleuve Saint-Laurent, recueillir et analyser les données dont il regorge et travailler avec les partenaires régionaux pour assurer, grâce à l’intelligence numérique, une valorisation durable de cette richesse nationale. Le soutien financier de Desjardins aura un impact direct sur la réalisation et la pérennité de ce projet de recherche et de développement majeur pour la région.

« Nous saluons ce soutien financier majeur accordé par le Fonds du Grand Mouvement de Desjardins au CDRIN, le centre collégial de transfert de technologie (CCTT) du Cégep de Matane, avec lequel de nombreux partenariats sont effectués dans le domaine scientifique auprès de la communauté collégiale. À la fois milieu de travail pour des personnes stagiaires issues de notre population étudiante, mais aussi centre de recherche pour notre équipe enseignante, le CDRIN est un atout incontestable pour le Cégep de Matane. Il permet à nos étudiants de bénéficier d’un enseignement de pointe et d’ancrer définitivement l’établissement matanais à une place de choix dans le domaine du numérique », a commenté le directeur général du Cégep de Matane, Pierre Bédard.

Un fleuron matanais

« Depuis ses débuts, le CDRIN a toujours été un fleuron matanais en matière d’innovation numérique. Avec l’accroissement de nos multiples projets de recherche en intelligence artificielle, il était plus que primordial pour nous de demeurer à l’avant-garde technologique afin de poursuivre notre mission de mettre l’intelligence numérique au service des citoyens », déclare Isabelle Cayer, directrice générale du CDRIN. « Grâce au financement important accordé par le Fonds du Grand Mouvement de Desjardins, nous pourrons nous assurer d’avoir des outils technologiques ultra-performants afin de réaliser nos divers projets numériques et durables à la hauteur de nos ambitions. »

« Pour la région, ce projet du CDRIN représentera un apport certain à la vitalité socioéconomique. C’est exactement ce que permet le Fonds du Grand Mouvement : soutenir des projets novateurs et structurants partout au Québec et en Ontario, et ce, dans une perspective de développement durable », a déclaré Micheline Verreault, présidente de la Caisse Desjardins de La Matanie.

Plusieurs projets accélérés

Grâce à cette mise à niveau technologique, le CDRIN pourra poursuivre, entre autres, le travail de haut niveau déjà déployé auprès de quatre projets phares de La mer numérique :

  • Reconnaissance et classification des poissons pélagiques (ReCAPP)  Ce projet, réalisé en partenariat entre des enseignants-chercheurs des cégeps de Rimouski et Matane, l’UQAR, Exploramer et le CDRIN, vise à développer un procédé de reconnaissance et de classification automatique de poissons pélagiques de l’estuaire maritime et du golfe du Saint-Laurent.
  • Simulateur physique et photoréaliste 3D d’un secteur maritime et d’une épave du Bic  Piloté par l’Institut des sciences de la mer de Rimouski (ISMER) et en collaboration avec l’IRHMAS, ce projet a pour objectif de mieux comprendre et visualiser la dynamique du milieu marin côtier en période hivernale et son rôle dans la sécurité et l’histoire de la navigation sur le Saint-Laurent maritime, entre autres en reproduisant un secteur de la baie du Ha! Ha! et l’épave du Scotsman dans un environnement virtuel. 
  • Modèle bioénergétique prédictif des ombles de fontaine L’objectif général de ce projet en partenariat avec l’ISMER est d’élaborer un modèle prédictif en intelligence artificielle permettant de déterminer la croissance et la consommation de nourriture des ombles de fontaine, entre autres à partir de l’analyse des otolithes (concrétion minérale de l’oreille interne) des poissons. 
  • Outil de prédiction de la pêche au homard – Ce projet en partenariat avec le Regroupement des pêcheurs professionnels du Sud de la Gaspésie (RPPSG) vise à exploiter les études annuelles des stocks de homard réalisées depuis 2011 pour contribuer à prédire le stock disponible et sa qualité pour la pêche du printemps.

Développement de la main-d’oeuvre de demain

Avec la mise en place de ces nouveaux outils et logiciels avancés, le CDRIN conservera sa place de leader technologique dans l’Est-du-Québec et pourra continuer son rôle de formation et de transfert du savoir auprès des étudiants du Cégep de Matane auquel il est affilié. Ce faisant, le CDRIN contribuera au développement d’une main-d’œuvre qualifiée en région afin d’attaquer les défis technologiques, environnementaux et d’affaires auxquels devront faire face les acteurs économiques régionaux.

Facebook Twitter Reddit