Nouvelle de 18 h > Plus de soins aux aînés réclamés plutôt que de belles chambres
Nouvelle de 18 h

Plus de soins aux aînés réclamés plutôt que de belles chambres

« Les soins à domicile sont l’option la plus humaine »
Le PQ croit que les soins sont beaucoup plus importants que le décor, pour les personnes âgées. (Photo: Unsplash photos)

Le Parti Québécois, troisième groupe d’opposition à l’Assemblée nationale qui compte plusieurs députés dans l’Est du Québec, réagit à la mêlée de presse qu’ont tenue le premier ministre François Legault et la ministre responsable des Aînés, Marguerite Blais, vendredi.

La députée de Duplessis et porte‑parole du Parti Québécois pour les aînés, les proches aidants et le maintien à domicile, Lorraine Richard, invite le gouvernement à mettre le béton de côté et à recentrer sa vision sur ce qui compte pour les aînés et leurs proches, au-delà des milieux de vie : les services et les soins à domicile.

De l’avis de Lorraine Richard, on a assisté lors de point de presse à une tentative de rattrapage quasi désespérée. « Après s’être fait prendre en défaut pour avoir omis de souligner la tragédie survenue dans les centres d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) dans son discours d’ouverture, le premier ministre a improvisé une sortie visant à secourir la ministre Blais, qui a toujours porté une attention toute spéciale à la beauté des chambres plutôt qu’au manque criant de services dans le réseau », a-t-elle déclaré.

Fixation

« Lorsqu’elle aborde la question des personnes âgées, a poursuivi la députée de Duplessis, la CAQ fait une véritable fixation sur le béton et ses maisons des aînés, qui promettent de devenir un véritable gouffre financier; or, c’est de soins et de services à domicile que ces gens ont vraiment besoin, d’autant plus que la majorité souhaite demeurer à la maison le plus longtemps possible. »

Selon le PQ, de plus en plus de voix se font entendre pour appuyer un virage en faveur des soins à domicile, tel que le proposait le Parti Québécois il y a plusieurs années déjà. « Il y a quelques jours, nous sommes revenus à la charge; nous proposons de tripler, d’ici cinq ans, l’offre actuelle de soins à domicile en augmentant de 2,7 milliards de dollars la somme allouée aux soins à domicile, pour que celle-ci corresponde à 50 % des budgets consacrés aux soins de longue durée. De plus, pour gagner en efficience, nous privilégions une approche basée sur les profils de soins personnalisés, de manière à répondre de la meilleure façon possible aux besoins propres à chaque personne », a ensuite expliqué Lorraine Richard.

Raison et intelligence

La porte-parole réitère la position du Parti Québécois, sachant que c’est la seule option envisageable à moyen terme. « Prendre le virage des soins à domicile, c’est la chose raisonnable et intelligente à faire. Le modèle caquiste des maisons des aînés est financièrement insoutenable à long terme, en plus d’être irréaliste du point de vue des ressources humaines. Et nous ne sommes pas les seuls à le dire! Encore récemment, dans une publication de l’Institut du Québec, on pouvait lire que « [s]i le Québec ne rompt pas avec le statu quo et n’amorce pas un virage radical dans ses politiques de soutien à l’autonomie des personnes âgées, il frappera un mur ». C’est assez clair! », a conclu Lorraine Richard.

En résumé :

  • Plus de maisons des aînés ne donnera pas plus de services ni plus de personnel; vu la courbe démographique, un virage vers les soins à domicile est urgent et nécessaire;
  •  
  • Le Parti Québécois propose d’allouer aux soins à domicile 50 % de l’enveloppe destinée aux soins de longue durée, de façon à tripler l’offre actuelle;
  •  
  • Les soins à domicile, c’est l’option la plus avantageuse et, surtout, la plus humaine.
Facebook Twitter Reddit