Nouvelle de 18 h > Faire de l’intervention sociale dans un contexte agricole
Nouvelle de 18 h

Faire de l’intervention sociale dans un contexte agricole

Rebecca Roy est la première à profiter du nouveau motel agricole des Basques. (Photo : courtoisie)

Rebecca Roy, de la Ferme Les Champs Alizés, souhaite utiliser l’agriculture pour faire de l’intervention sociale, elle qui sera la première à s’installer dans le nouveau motel agricole des Basques, à Notre-Dame-des-Neiges.

« C’est un projet qui me permet de joindre mes deux domaines d’études », explique celle qui est technicienne en agriculture biologique et étudiante en travail social. « Sans le motel agricole, je ne pourrais pas me lancer dans un projet d’intervention sociale qui ne vise pas d’énormes profits », précise-t-elle.

Rebecca Roy a appliqué un engrais vert sur sa parcelle. (Photo courtoisie)

Rébecca a fait ses études en agriculture à Victoriaville avant de s’installer dans Les Basques, il y a un an. « Je suis ici pour rester. Je suis tombée en amour avec la région. Mon projet agricole avance. J’ai pu choisir une très belle parcelle de terrain enclavée par de la forêt idéale pour la production fruitière et maraîchère. J’ai amorcé le travail du sol sur ma parcelle de terrain en y apposant un engrais vert. J’ai précommandé des arbres fruitiers que j’entends planter le printemps prochain, notamment du cassis, de la camerise et de l’amélanchier. Je vais aussi planter de la courge d’hiver de spécialité afin de retirer un petit revenu en attendant que les arbres fruitiers produisent dans quelques années. »

VIVEVOLKSDHIVER

Faire travailler des jeunes marginalisés

À moyen terme, Mme Roy souhaite employer des jeunes marginalisés. Elle prévoit également remettre la moitié de ses récoltes à des organismes œuvrant auprès des plus démunis comme Croc-Ensemble des Basques et la Maison de la famille. L’objectif est de promouvoir de saines habitudes de vie, autant via une agriculture raisonnée que par des ateliers éducatifs, sur une foule de sujets diversifiés.

Campagne de sociofinancement

Bien que son projet soit bien avancé, l’entrepreneure a traversé quelques moments de découragement en raison du financement difficile à obtenir. Elle a droit à la prime à l’établissement de la Financière agricole du Québec, mais elle doit d’abord payer et ses investissements lui sont remboursés par la suite. « Je ne cadre pas dans les programmes du ministère de l’Agriculture, des Pêcheries et de l’Alimentation (MAPAQ) avec mon projet alternatif », souligne celle qui vient de lancer une campagne de sociofinancement sur la plateforme GoFoundMe pour l’aider à faire ses premiers investissements.

« J’ai besoin d’une mise de fonds initiale », indique celle qui prévoit accueillir des groupes scolaires sur son entreprise pour présenter des ateliers sur la diversité sexuelle, relationnelle et de genre. Elle finalise la préparation d’ateliers qui seront donnés à la Maison des jeunes de Trois-Pistoles cet hiver.

L’objectif de la campagne est de 16 200 $. Les gens qui souhaitent appuyer le projet peuvent le faire via ce lien https://gofund.me/3b7a843b.

Facebook Twitter Reddit